L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Poétique de la voirie (69)

2 Comments

A la rue

avec les chiens

tristement

finit l’histoire

(comme un air de table rase)

Poétique de la voirie (68)

Comments Off

gibier de potence

(poids plume)

vous êtes attendu

au coin de la rue

PS. Pour en savoir plus, si vous êtes curieux de ce qu’on avait un jour pendu là, passez sur le blog ami Pendant le week-end qui résoud le mystère. Merci à lui.

Des diapos dans le caniveau

Comments Off

Comment les histoires finissent : mal en général – et avec les Rita Mitsuko on en aurait chialé. Au caniveau parfois.

Et pourtant, quand on les avait reçues ces diapos, par la poste, dans leur mince boîtier plastique rigide, pressés d’y jeter un oeil, sans attendre même de les glisser une à une dans une visionneuse, on les avait saisies délicatement entre deux doigts, élevées à hauteur des yeux devant le jour d’une fenêtre ou, le soir, à la lueur d’un lustre. S’en faire au plus vite une idée, même miniature, savoir si elles étaient réussies et mériteraient en conséquence d’accéder collectivement au panier cliquetant d’un projecteur. Voire justifier une invitation lancée à un cercle amical poli qui prendrait son mal en patience.

Toujours la même inquiète perplexité quand je croise des traces de vies personnelles lâchement livrées à la voirie : je me demande comment on en arrive là. Quelles négligences ou vengeances d’héritiers, quels conflits entre bien vivants – jetées par une fenêtre ces diapos ? , ou quels oublis, hors de portée de vue, hors de portée de main, au fond d’un placard d’appartement tout juste VENDU. Au balcon une pancarte d’agence immobilière s’en vante. Chez nous comme cela, inaccessible au coup d’oeil trop rapide, perchée sur la plus haute étagère, une pile de cahiers petit format dont une classe de CE2 n’avait jamais revu la couleur une fois corrigés. La jeune femme, oeil de professionnelle, qui nous faisait visiter l’appartement – à louer celui-là – les avait pris sous son bras (jusqu’à la première poubelle jaune sur son chemin vraisemblablement).

Tâcher, pour soi-même, de se prémunir de tout abandon de cette sorte ; s’en souvenir et anticiper quand on sera vieux.

Filed under variétés

François de Malherbe au jardin

Comments Off

Reinette grise de Brownlee

Reinette blanche de Champagne

vos fruits passeront-ils la promesse de vos fleurs ?

(j’y veillerai)

Poétique de la voirie (67)

Comments Off

Horizontalement

Verticalement

disparus

Georges Perec, sors de cette grille

Permanence du corsage luxembourgeois

Comments Off

Au MUDAM mercredi dernier (j’étais allée livrer un peu tardivement un cadeau de Noël à Luxembourg), dans une présentation temporaire de pièces des collections permanentes je tombe en arrêt devant :

Photographie d’une vitrine luxembourgeoise par Valérie Belin, datée 2003. Je tombe en arrêt parce que je me souviens d’avoir photographié sept ans plus tard, à l’été 2010, une vitrine terriblement ressemblante. Recherche faite dans mes archives photos, le doute n’est plus permis : c’était la même.

Disposée toujours à l’identique : une rangée de jupes au niveau inférieur, surmontée de deux rangées de hauts à leur assortir. Une vitrine corsetée de ses certitudes vestimentaires.  Au diable, saisons, collections et fashion weeks ! L’étalage désuet déjà en 2003 avait retenu l’oeil professionnel de la plasticienne comme, en 2010 le mien, parfaitement dilettante. La vision m’avait marquée au point que je l’avais partagée sur  le blog.

J’ai envoyé un petit mot à Valérie Belin pour lui faire part de ce croisement de nos regards, elle a convenu de la cocasserie de la chose. N’ayant pas remis, la semaine dernière, mes pas exactement dans ceux de l’été 2010, je ne sais rien, hélas, de la tendance automne-hiver 2023/2024.

Soupiraux in progress

Comments Off

Donc je continue à engranger les soupiraux ouvragés dont je n’ai pas encore rencontré les motifs au cours de mes déambulations parisiennes (on accède aux quatre livraisons précédentes en rembobinant). Il y a donc eu récemment

des volutes papillonnées

de la géométrie inflexible

de l’oeuf de Pâques bien entouré

d’intrigantes pinces

et pour finir, une fois n’est pas coutume, sortons de Paris avec ces trois croissants de Lune capturés à ….

Lunéville en toute logique.

Ajout du 2 février 2024 : on complètera avec une belle série de soupiraux en provenance du VIIIe arrondissement de Paris chez le blog ami Pendant le week-end

Poétique de la voirie (66)

Comments Off

L’herbe des villes

n’a besoin de personne

pour se rouler dans l’herbe

Du goût et des couleurs de l’entonnoir

Comments Off

Encore une vitrine et je me calme avec les vitrines mais celle-ci, dans la rue principale de Ribeira Grande, île de Sao Miguel, archipel des Açores, saisie en allant visiter le centre d’art contemporain Arquipélago installé dans une ancienne distillerie, je tenais à la partager. Un choix aussi large de formats et de couleurs d’entonnoirs ne se rencontre pas à tous les coins de rues.

Vitrine à remonter le temps

Comments Off

Etalage improbable, à prendre ou à laisser, Paris, rive gauche, 2023.

Ajout du 21 novembre 2023 : passez chez le collègue blogueur Pendant le week-end pour réellement remonter le temps dans cette vitrine…

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale
var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-25117361-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();