L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Archives for variétés parisiennes

Politique de la chaise vide

Comments Off

De la rue d’Ulm à Saint-Eustache en passant par le Luxembourg, manie qui est la mienne de photographier sur mon chemin, les chaises.

Alignées, attendant les candidats avant leur grand oral (cherchez l’intruse),

trop bien rangées pour attendre qui que ce soit : qui oserait et qui a eu la patience ? (sans compter qu’elles font leur poids celles-ci),

leurs soeurs à l’écart, remisées cul par dessus tête,

mais encore celles du bistrot du coin qui ont fait leur temps, empilées prêtes à rejoindre d’autres encombrants, ou celles qui attendent leur heure et que la messe soit dite.

août 6, 2016

La Seine charrie

Comments Off

juin 4, 2016

Qui a perdu la tête

Comments Off

sur les pavés mouillés de la place Alphonse Laveran, Paris, Ve arrondissement

?

avr 1, 2016

Brexit, valises et stéréotypes (ou Brexit au Montparnasse monde)

Comments Off

Comme je suivais ce couple, hier à la mi-journée marchant sur le trottoir des numéros impairs du boulevard du Montparnasse, je songeais que, quoi qu’il advienne des discussions en cours, ces deux valises-là, Grande Bretagne et Petite Bretagne, au pas cadencé, avaient décidé se faire la malle.

Pour être honnête, je prenais aussi acte du fait que fusionnel dans le choix de ses bagages, ce couple n’en échappait pas pour autant aux stéréotypes de genre les plus éculés : Monsieur traînait la grande Bretagne et Madame le modèle réduit. Alors qu’ils auraient pu tout aussi bien répartir équitablement leur fardeau dans deux valises de volumes identiques égaux à la moitié de la somme des volumes d’une grande et d’une petite ; soit deux moyennes Bretagne sexuellement interchangeables.

fév 20, 2016

Epilogue en blanc

Comments Off

Je repasse par la rue du Château. C’est un autre dimanche après-midi : je marche beaucoup dans Paris les dimanches après-midi, souvent aux confins du Montparnasse monde. J’y reviens. Je reconnais la palissade. Y glisse, entre deux panneaux vert/gris/vert mal raccordés, l’objectif du téléphone – je n’ai plus d’appareil photo opérationnel ce qui me gêne un peu. Pas encore de chantier derrière la palissade, juste une lacune temporaire dans le tissu urbain. Et je constate que pour mettre tout le monde d’accord, alors que, souvenez-vous, les carreaux ni les rayures n’avaient jamais fait l’unanimité en ces lieux, le badigeon blanc a fait son office. Les briques de base aussi en ont reçu une bonne couche (même pas peur les monstres) . L’incongruité de la porte suspendue reste intacte, souveraine, mais délestée de ses deux verrous. Ce qui saute aussi aux yeux, maintenant, c’est combien le crépi du mur était à revoir : les bigarrures des restes d’occupation cachaient encore tant bien que mal ses défauts.

jan 24, 2016

De la qualité du sommeil selon son éternité ou pas

Comments Off

Ces temps-ci un homme, pas jeune, vient souvent dormir sur un banc entre contre-allée et boulevard. Il glisse un semblant d’oreiller sous sa tête et pose sur lui une large couverture de laine rose format lit pour deux personnes  dont les pans flottent de chaque côté du banc. Il ne s’enveloppe pas et personne pour le border. Au pied du banc, posés, deux grands sacs plastiques dans lesquels il rangera son attirail une fois son somme fait, avant de disparaître du quartier aussi discrètement qu’il y est apparu. A certaines heures du jour et en fonction de l’ensoleillement, l’homme qui n’est pas remarquable sauf quand il dort sous sa couverture rose, se reflète dans la vitrine de l’une des nombreuses officines de pompes funèbres – j’en compte sept dans un rayon de moins de 5 minutes à pied – ceinturant les deux hôpitaux du quartier. (Profusion d’offre de services qui laisserait à penser quant à la confiance relative accordée à ces établissements). Sous un certain angle l’homme couché se reflète en surimpression des panneaux muraux latéraux de la boutique exposant au choix du client la gamme des cercueils et de leurs habillages. Du satin, de la soie qui sait ? Du doux et du moelleux dans une débauche de coussinets et de petits volants. Fugitive mais troublante surimpression du dormeur du banc au sommeil dépouillé de tout égard et des petits soins garantis au sommeil éternel par la Maison R*** qui sait y faire depuis le temps qu’elle bichonne chèrement les chers disparus. Paradoxe de ce confort, aussi vain que dispendieux, offert au repos des morts quand tant de vivants dorment aujourd’hui à la rue, la nuit le jour, comme et où ils peuvent, dans la ville.

août 2, 2015

Banalisation du ruban d’alerte

Comments Off

J’appelle “ruban d’alerte” ces rubans plastifiés striés rouge/blanc – mais j’en découvre une variante jaune/noir – dont je constate qu’ils sont de plus en plus présents dans notre décor, déployés sans avarice, au kilomètre. Je les avais toujours considérés comme signifiant des espaces lourds de danger, espaces dont l’idéal-type serait le périmètre de sécurité tracé autour de la valise abandonnée en gare du Montparmasse monde en attente des démineurs. J’ignore où s’achètent les rouleaux de ces rubans et ce qu’il en coûte, mais ce que je tenais jusqu’alors pour un accessoire de panoplie hautement sécuritaire, semble avoir été mis ces derniers temps à la portée de tous. Lors de mon prochain passage au supermarché je ferai un détour par le rayon bricolage pour voir si ceux-ci auraient fait leur apparition aux côtés des rouleaux de large scotch marron pour carton de déménagement – à moins qu’ils ne voisinent avec l’extra-fort au rayon passementerie ? Je les chercherai par pure curiosité car je ne m’en suis pas encore trouvée l’usage, contrairement aux responsables du rangement rationnel (RRR en langage DRH) de ces lieux où j’ai récemment repéré leur présence en me demandant quelle mystérieuse danse de Saint-Guy avait saisi, ces jours-ci, dans la ville, les chaises, pour qu’on leur inflige pareille contention ?

juil 16, 2015

Deux épées pour n’en faire qu’une

Comments Off

Dans le quartier, deux rues pleines de bonne volonté économique sont prêtes à n’en faire qu’une. On l’appellerait la rue de L’abbé de l’Epée de Bois. J’y pense toujours quand j’emprunte l’une ou l’autre des épées, d’ailleurs orientées grosso modo dans le prolongement l’une de l’autre. J’emprunte plus souvent l’épée de l’abbé que celle de bois et c’est heureux parce que ce n’est pas très solide une épée de bois. Juste bon pour faire semblant : souvenir d’une, bien imitée, avec son baudrier en toile de jute, achetée aux enfants dans un musée consacré aux vikings, à York je crois. Dans la fusion topo-nymi-graphique suggérée, l’Abbé de l’épée gagne un bureau de poste, ce qui n’est pas rien, et l’Epée de Bois, un accès au boulevard Saint-Michel, autant dire à la mer, dans un sens comme dans l’autre. Le jour où Ferdinand Lop sera enfin pris au sérieux.

mai 3, 2015

Pas d’oiseau et marche à suivre

Comments Off

A peine partis les poseurs du revêtement neuf et remisés leurs gilets fluo – “Ici nous aménageons cet espace” clament les panneaux explicatifs de la mairie commanditaire des travaux sans crainte de la redondance parce que, si c’était ailleurs, ils ne prendraient pas la peine de venir nous le dire ici et nul ne songerait à s’en plaindre – il a fallu que certains leur gâchent l’ouvrage. Empreintes de pas trop pressés de pigeons ou de corbeaux ? Les avis et spéculations  sur le poids respectif des uns et des autres et sur la profondeur de la signature susceptible d’en résulter divergent au troisième étage. Toujours est-il que faisant fi des barrières destinées à contenir notre impatience de riverains et avec un certain talent pour l’abstraction, il faut bien le reconnaître, des volatiles indécis sur la marche à suivre sont passés avant nous.

avr 26, 2015

De la solitude de Guignol (et du réemploi des affiches)

Comments Off

Toujours étonnée de croiser dans les rues de Paris, maintenant que j’y habite, ces affiches de spectacle de Guignol ambulant. Parce que je les associe plutôt à ma vie de banlieusarde – passages récurrents au parc de Maison Blanche à Clamart – ou de vacancière. Affiches de même formats et réemplois, jusqu’à délavage causé par les intempéries, pour passages, tout aussi récurrents mais au mois d’août, dans le champ au bas des pistes de ski de Molines où stationne aussi chaque été un cirque, quand l’immuable projection du film “Quand les marmottes se réveillent”, pareillement affichée les jours d’avant, se donne elle dans la grande salle à tout faire de la maison du boulanger. Des uns et des autres nous avons, en temps plaisant et utile, fait profiter nos enfants et une affiche du film consacré au réveil saisonnier des marmottes, dégrafée de sa porte de bergerie, envolée par le vent, a même longtemps décoré un mur de la maison normande vendue l’année dernière. Ce jour venteux, après la séance, à l’issue du  ramassage des affiches qui seraient mises partiellement à jour par collage d’un bandeau écrit à la main, au gros feutre indélébile et en capitales lisibles du bord des routes, indicateur des lieu, jour et heure de la prochaine étape, le compte n’avait pas été juste. Il en manquait au moins une.

Alors cette affiche de Guignol croisée hier, arrimée au mobilier urbain du trottoir de la rue des Lyonnais (Ve arrondissement), retient doublement mon attention. D’abord, comme d’habitude, parce que je m’étonne que ces troupes itinérantes montent leurs castelets éphémères dans une ville qui compte autant de théâtres de Guignol à demeure. Théâtres que, banlieusards, nous avons aussi pratiqués, celui du Parc Georges-Brassens en premier lieu, comme le plus accessible de chez nous et alors animé par une ancienne connaissance nancéienne de C.. Comme si on ne prêtait qu’aux riches. Et puis surtout parce que contrairement à l’illustration réemployée, prometteuse de belles réparties, Pinocchio ne sera pas là (enrhumé peut-être ?). Face au Mobilier national, Guignol ne partagera pas l’affiche : il donnera un one man show.

avr 19, 2015

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale
var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-25117361-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();