L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Au long bec emmanché d’un long cou

Comments Off
Posted by ms on 13 février 2012 at 21:35

Cet après-midi, par le vélux dans le toit de mon bureau (la photo n’est pas de saison mais situe l’action)

j’ai eu la visite d’un héron. Il s’est reposé un long moment, on aurait pu penser qu’il dormait debout,

et puis a pris son envol, piqué vers le bassin au centre du jardin.

Depuis je m’inquiète pour lui, au long bec emmanché d’un long cou, ce qu’il va devenir, sur ses longs pieds, dans la ville, nichant au sommet d’une montagne assez peu poissonneuse. Allant je ne sais où.

De quoi mon héron est-il le signe ? D’un proche printemps, comme les jonquilles à Gif-sur-Yvette ? Mais je sais maintenant que celles du printemps 2012 ont éclos dès le 26 décembre 2011. Alors, signe de quoi ?

Photographies copyright Martine Sonnet

Both comments and pings are currently closed.

8 Comments

  • On 14 février 2012 at 7:31 Dominique Hasselmann said

    Photos piquées comme il faut.

    Espérons qu’il trouvera quelque chose à se mettre sous le bec !

    Ici, sur le balcon, mésanges bleues qui ont repéré les amandes mises régulièrement… Un merle est venu leur disputer hier.

  • On 15 février 2012 at 11:41 ms said

    Apparemment, ce n’est pas d’aujourd’hui que quelques hérons se parisianisent, d’après les spécialistes des oiseaux dans la capitale.

  • On 16 février 2012 at 19:44 PhA said

    Les parcs parisiens en effet ne sont pas si mal pour la pêche, me disait l’autre jour un héron croisé du côté de Bercy.

  • On 16 février 2012 at 20:43 ms said

    Vous avez de la chance, le vôtre était causant, le mien est resté bec cloué

  • On 17 février 2012 at 20:09 PdB said

    joli volatile qui plonge dans la fontaine aux caïmans si je comprends ?

  • On 17 février 2012 at 20:55 ms said

    voilà qui est fort subtilement observé !

  • On 21 février 2012 at 18:22 Clopine Trouillefou said

    Ben, c’est un adulte (les jeunes de l’année sont tout blancs) et les hérons ne sont pas en voie de disparition. Sûr que celui-ci trouve sa pitance…

    Le héron peut devenir un cauchemar, pour les pisciculteurs – ils font des razzia dans les bassins. Mais on leur pardonne, parce que leur envol ressemble à une signature du ciel. Enfin, je trouve.

  • On 21 février 2012 at 20:24 ms said

    J’ai appris qu’il était revenu ces jours derniers, mais je n’étais pas là. Il serait donc friand des poissons rouges du bassin ?

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale