L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

Vous découvrez ce blog ? Promenez-vous donc dans ses archives. Maison fondée en avril 2008. Plus de 400 billets en magasin.

Author Archives: ms

Reconnaissance aux frères Lumière

2 Comments

Je ne trouve ma place nulle part

sauf au cinéma

J’achète un billet

je trouve une place

facilement

même dans le noir

corbeille ou balcon

pas question de m’en déloger.

Les frères Lumière, qui auraient pu tout aussi bien s’appeler Abat-jour remarque pertinnement Jean-Luc Godard,

pas question non plus de les déloger du balcon.

Filed under variétés
déc 19, 2014

Pavé de bonnes intentions…

1 Comment

est néanmoins semé d’embûches.

nov 25, 2014

Souffrance au travail (allégorie)

Comments Off

Je les regarde, triste quatuor échoué sur mon pallier, lamentable, plus aucun ressort, roulettes qui ne tournent plus rond, et leur seule vision me tord les vertèbres, des lombaires aux cervicales. J’ai mal au dos pour elles. La grande surtout, accotée au mur, qui ne se soutient plus du tout. Rompue.

nov 21, 2014

Signalétique chiffrée à l’excès

Comments Off

C’est comme avec la signalétique des sorties de stations du métro parisien réduite à des numéros dont la légende n’est explicitée qu’à un seul endroit, sur le quai, et si vous avez eu l’imprudence de ne pas vous en soucier quand vous avez été jeté hors du wagon, ou si vous l’avez lue quand il était temps mais l’avez oubliée dans le labyrinthique enchaînement des escaliers couloirs escaliers qui vous conduisent vers l’air libre, tant pis pour vous. Vous émergerez au petit bonheur la chance, souvent à l’exact opposé de là où vous l’espériez.

C’est un peu le même principe sauf qu’ici c’est pire puisque aucune station du métro parisien n’est dotée d’autant de sorties. Heureusement la petite croix blanche sur fond vert vous offre une lueur d’espoir : si vous êtes assommé par les nombres, ou si vous vous êtes épuisé à chercher le 15, prenez à droite, on vous soignera quand même.

Filed under utopiques
nov 5, 2014

Le changement serait ici

Comments Off

à défaut d’être maintenant ?

oct 20, 2014

Sorties de ville pour une sortie de campagne

Comments Off

Là-bas, ces jours derniers, par devant notaire j’ai vendu ma maison. Je photographie avant de partir tous les panneaux de sorties de ville, sauf un. Je me laisse une porte ouverte pour y refaire de temps en temps une apparition. Pas trop souvent ni trop longtemps : je m’ennuie à la campagne, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai vendu la maison que je possédais dans ma cité natale. La maison se situait  dans le bourg, à un carrefour.  Mais même là, j’ai fini par m’ennuyer : il y a de moins en moins de vie dans nos bourgs de campagne.

Une autre des raisons, et non la moindre, pour laquelle j’ai vendu ma maison est la suppression depuis le 1er janvier 2014 du service de taxi collectif, seul forme – sous conditions d’horaires et réservation – de transport public desservant cette localité ayant la mauvaise fortune de se situer à la limite de l’Orne et de la Mayenne, donc de la Basse-Normandie et des Pays de Loire.

Absurdité de la situation : côté Orne, venant en train de Paris-Montparnasse-Vaugirard à Flers (ce qui en soi est déjà presque un exploit tant la ligne Paris-Granville est peu fiable)  vous trouvez un autocar qui vous amène pour 2 euros à Domfront, mais il vous reste 10 km à parcourir pour atteindre Céaucé ; côté Mayenne, venant en TGV de Paris à Laval vous trouvez deux autocars qui vous amènent pour 2 euros de Laval à Mayenne puis de Mayenne à Ambrières-les-Vallées, mais il vous reste aussi 10 km à parcourir pour atteindre Céaucé. Entre les deux, rien de rien. Paradoxe des temps : jusqu’à la mise en place du TGV Ouest, un autocar assurait quotidiennement la liaison Laval-Domfront, se jouant des frontières de départements et régions… Je doute malheureusement que la réforme territoriale en cours empêche les uns et les autres de continuer à s’ignorer superbement.

Pour vendre et vider ma maison, j’y suis allée six fois depuis mai dernier. J’ai calculé que ces 6 voyages m’ont coûté, SNCF et taxis complémentaires compris, 832 euros soit un aller-retour Paris-New York.

Filed under la vie tout venant
oct 19, 2014

Poste restante (avec souvenir d’un film d’Alain Cavalier)

Comments Off

Soit le bureau de poste au bout de la rue dans laquelle je me rends quotidiennement à mon bureau.  Il y avait deux boîtes. Il n’y en a plus qu’une. Celle qui reste recueille seulement  le courrier destiné à nos cousins de Province, des DOM et de l’étranger, le long courrier. Ce qui tombe plutôt bien puisque ce matin j’envoyais une lettre verte à Limoges où je n’ai pas de cousinage mais des factures de télécommunications à régler. Mon TIP a donc pu partir. Ceux à qui on ne peut plus écrire sont les habitants de la capitale (fente à gauche de la boîte disparue) et de sa couronne (fente à droite).

Je me demande qui a bien pu partir avec la boîte.

La solitude de sa jumelle m’a rappelé le beau film Martin et Léa, d’Alain Cavalier (1979), pour sa scène où le héros qui se mord les doigts de ce qu’il vient d’écrire et poster à son amoureuse, impuissant à rattraper la missive, incendie la boîte qui l’enferme. Je pense que nous sommes en présence d’un événement du même ordre, sauf que l’épistolier au repentir n’avait pas de briquet sur lui mais un tournevis.

Ce qui est sûr c’est qu’à Paris ou dans sa couronne, une lettre de rupture – à moins qu’il s’agisse d’une déclaration enflammée – n’arrivera pas à sa ou son destinataire. Bien que j’habite Paris, qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre, je ne pense pas qu’elle m’était adressée.

Ce qui ne m’empêche pas d’être choquée par l’atteinte au mobilier postal urbain constatée ce matin : j’ai toujours été maniaque avec le courrier.

oct 14, 2014

Faire souche et après

Comments Off

Si vous avez manqué le début allez donc faire un tour par ici. Suite des événements sous ma fenêtre : après avoir un temps laissé libre cours à la sève vigoureuse du platane, ils sont revenus, ont élagué les pousses vertes désordonnées puis ont changé d’outil

ont pilonné la souche pour en faire du petit bois

ont rechangé d’outil et ramassé le petit bois

ont arasé la surface terreuse avec le dos de la cuillère

et puis s’en sont allés.

D’autres sont venus (un jour que je n’étais pas chez moi : je ne les ai pas vus à l’oeuvre)

ont posé savamment des petits pavés, en partant de l’angle S/W du carré bien arasé

ont continué

mais ont respecté des limites.

Le carré de terre au milieu du carré de pavés laisse un peu d’espoir. Ils reviendront.

Mais qu’ils ne tardent pas :

le bel ordonnancement concentrique du carré de terre et du carré de pavés

ce n’est déjà plus tout à fait cela.

sept 28, 2014

Bouche encore cousue

Comments Off

J’ai aussi mon mot à dire seulement je ne suis pas tout à fait prête

pas qu’il soit bien gros, juste peur du mot en trop

ou que ce soit mon dernier

(soupir)

alors je le mâche encore un peu

histoire qu’il passe mieux.

Filed under variétés
sept 23, 2014

Sans façon, merci

Comments Off

Vendez-moi la peau de l’ours

si si

j’insiste

votre prix sera le mien

Le tuer

il sera toujours temps

je vous prêterai mon fusil

Sans façon, merci.

Filed under variétés
sept 12, 2014

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale