L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

Toujours à lire, mes Repasseuses sur nerval.fr http://nerval.fr/spip.php?article76 et Couturière chez publie.net http://www.publie.net/fr/ebook/9782814596917/couturiere

Author Archives: ms

Distances appréciées au doigt et à l’oeil

0 Comments

La scène se passe dans une station de métro parisienne de la ligne 11 – donc l’illustration ci-dessous n’est qu’indirectement en rapport avec le fait relaté (mais me rappelle de bons souvenirs).

Dans cette station, Pyrénées, dont je m’apprête à sortir, je remarque un jeune homme figé devant un grand plan de Paris placardé au mur ; passant à sa hauteur je comprends son immobilisme. Le jeune homme mesure entre pouce et index de sa main droite des distances qu’il transfère précautionneusement, ses deux doigts gardant le même écart, jusqu’ à les superposer à l’échelle au bas de la carte. Il choisira vraisemblablement le plus court chemin, inquiet des 500, 600 ou 700 mètres à parcourir pour être à l’heure à son rendez-vous, mais sa méthode me semble fragile quant à l’exactitude espérée. Il suffirait du moindre relâchement d’un tendon pour que la comparaison parte à la dérive. Quand des générateurs d’itinéraires – à pied, en voiture particulière et en transports collectifs – les calibrent à la minute et au bilan carbone près sur nos téléphones, j’ai trouvé bien archaïque cette façon de faire.

Et je me suis souvenue de la joie simple éprouvée dans ma jeunesse à voir s’allumer sur un plan de métro interactif à sa façon de petites lampes de couleurs différentes traçant mon parcours, selon les lignes à emprunter et leurs correspondances, après que j’aie appuyé franchement sur le bouton rond en métal désignant la station que je voulais atteindre à partir de celle où  je me trouvais. Comme du sentiment de toute puissance sur la ville conféré par la maîtrise du pupitre porteur de la liste alphabétique de toutes les stations, d’Abbesses ligne 12 à Wagram ligne 3 .

avr 22, 2014

Dix fois Brooklyn, entre-deux, temps clair

2 Comments

Dix visions saisies un samedi matin, entre Williamsburg et ses confins polonais, d’un entre-deux que les chantiers gagnent petit à petit ; les agences immobilières aussi. Je ne me souvenais pas en avoir vu autant en 2012. Je suis descendue du métro à Bedford Avenue, c’est sur la ligne L (Stand clear of the closing doors Please) et je suis partie vers le Nord jusqu’à Greenpoint.  Place encore à l’imprédictible, mais pour combien de temps ?

Filed under New York City
avr 17, 2014

Absences dommageables d’auteurs

1 Comment

Toujours bien intriguée par la formule de ces petites cartes récupérées dans des livres de services de presse revendus chez les libraires d’occasions. Quand j’en feuillette un, exemplaire de dessus de pile surmontant les vrais neufs, et qu’il me tombe un de ces cartons dans les mains, je le glisse dans ma poche.

Et je me pose des questions : pourquoi l’auteur absent de Paris doit-il absolument le faire savoir ?  A partir de combien de jours l’absence de l’auteur est-elle consignée et les dimanches et jours fériés sont-ils décomptés ? L’auteur absent de Paris est-il par essence impardonnable ? Un auteur qui franchit le périphérique par la porte de Vanves pour musarder à Malakoff est-il absent de Paris ? A combien de kilomètres du parvis de Notre-Dame l’absence de Paris commence-t-elle et les projets de Grand Paris changeront-ils la donne ? Quid des déclinaisons de la formule dans les maisons d’édition provinciales ? Les éditeurs parisiens d’auteurs résidant pour convenances personnelles hors de la capitale glissent-ils systématiquement le carton expiatoire entre les pages noircies par ces derniers ? L’hommage rendu en l’absence de Paris de l’auteur est-il pris au sérieux par celui ou celle qui le reçoit (j’en doute vu le recyclage illico des ouvrages concernés) ?  In fine, l’auteur absent de Paris ne ruine-t-il pas sa carrière ?

avr 15, 2014

Dame de Xochipala rencontrée à NYC

Comments Off

Long arrêt, fascinée, devant cette petite figure méso-américaine du Metropolitan MuseumFemale Figure, Mexico, Xochipala, 15th – 10 th B.C. (?), Ceramic, Anonymous Loan. Femme que, ne serait l’étiquette explicative, je prendrais pour ma contemporaine tant sa coiffure, l’habit sur ses épaules et le geste même de la pose de ce gilet-châle à côtes horizontales sont d’aujourd’hui, sont les miens. Je ne pourrais pas vraiment l’expliquer mais la précision des côtes et de la petite frange au bas du vêtement ne comptent pas pour rien dans l’émotion suscitée par le face à face avec la dame de Xochipala. Je sais bien peu de ce site archéologique de provenance, Xochipala, et moins encore du sculpteur ou de la vie des modèles des figurines qu’on y a trouvées, mais je sais bien notre ressemblance et forcément certaines de nos pensées communes.

La section Arts of Africa, Oceania, and the Americas était celle que je me proposais d’explorer plus en détail lors de cette troisième visite du musée. A chacun de mes séjours à New York, j’ai passé une belle journée au Metropolitan et je compte qu’il m’en faudrait bien encore au moins deux ou trois. Pour l’heure, impasse totale sur l’antiquité grecque et romaine comme sur les “64 500 square feet” consacrés aux arts d’Asie – rien que ça !

Filed under New York City
avr 13, 2014

Grand art new-yorkais de l’échafaudage

Comments Off

Quand on marche sur la High Line à New York en ce moment, la remontant du Sud vers le Nord – l’Hudson donc coulant à main gauche – on vient buter au bout des rails sur un chantier à l’échelle de tout ce qui se fait dans cette ville. Un chantier bien échafaudé : au point que l’on ne voit ni même ne devine quoi que ce soit de ce qu’ils fabriquent ou réparent derrière. On aura la surprise quand on y retournera – parce qu’à peine rentrée de mon troisième séjour en quatre ans dans cette ville je ne pense qu’à y repartir.

Comme je photographiais le savant assemblage, ma voisine de rambarde faisait de même et répondait, en substance et en VO, au compagnon qui lui demandait pourquoi elle saisissait cette image : If you ask me the shape of my mind, it looks like this.

Je ne crois pas mon esprit aussi confus ni aussi anguleux mais j’aime bien l’idée que le réseau de nos connexions neuronales tiendrait un peu de cette profusion. Et puis cela me rappelait la gare de La Rochelle en d’autres temps ; moi je photographiais par amour des beaux échafaudages et en hommage au travail des échafaudeurs.

Je m’étais d’ailleurs amusée, quelques jours plus tôt, visitant l’exposition Marville du Metropolitan Museum d’y découvrir la coupole du Panthéon parisien tout échafaudée lors des travaux de restauration consécutifs à la guerre de 1870, juste comme elle l’est actuellement, moins le capuchon blanc.

Filed under New York City
avr 11, 2014

Apparence et au-delà

Comments Off

Ne pas s’en tenir à la surface des choses

gratter un peu

c’est moins brillant

(et moi je n’ai plus d’ongles)

mar 29, 2014

La bonne excuse

Comments Off

Si le blog de L’employée aux écritures tourne parfois au ralenti c’est à cause du clavier qui ne facilite pas la tâche.

mar 9, 2014

Montparnasse monde aigu et grave

Comments Off

Ceux de la gare ne ménagent ni leur peine ni leur imagination pour nous la faire aimer mieux. Ainsi cet escalier de passage obligé métamorphosé en clavier de piano. Il fallait y penser. Je n’ai rien contre seulement je ne sais rien jouer de mes dix doigts de pieds – des autres non plus, d’ailleurs, je ne connais pas la musique. Mais portant de longue date une attention soutenue à la variété, musicale ou non, des sols du Montparnasse monde, je ne pouvais passer sous silence cette initiative. Ce que j’aime le plus dans l’idée c’est la grande confiance accordée (mieux que le pseudo piano) à nous autres, usagers de la gare lestés de nos valises de grands voyageurs ou de nos soucis de banlieusards, mais néanmoins censés nous jouer, les sautillant en mesure, des touches noires comme des touches blanches. Et sans fausses notes s’il vous plaît. Quel optimisme et comme on nous surestime ! Glenn Gould se réveillerait-t-il d’entre les morts je crains que ce clavier-là ne soit jamais bien tempéré. Bien piétiné, en revanche il l’est, des graves aux aigus et des aigus aux graves.

(et si vous ne le savez pas :  Montparnasse monde c’est une série sur ce blog mais aussi un livre)

Filed under Montparnasse monde
mar 2, 2014

Hommage à Max Ernst

Comments Off

L’employée aux écritures sur la piste de la femme 100 têtes (dans son quartier évidemment)

fév 18, 2014

Un souvenir de Berlin

Comments Off

Ailes de l’ange

offertes

au repos

musée du cinéma

Berlin

nos regards éblouis

plumes célestes

désirs d’envols

Ailes du désir

fév 14, 2014

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter