L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

“Roman” coupe réglée par Joachim Séné

Comments Off
Posted by ms on 11 avril 2009 at 20:10

L’employée aux écritures s’intéresse, comme son nom l’indique, à l’écriture dans la pluralité de ses formes, y compris les plus brèves, et s’en félicite parce que les 12 pages du Roman réduit à ses plus simples expressions de Joachim Séné récemment paru dans la série “formes brèves” de publie.net, l’ont plongée dans une satisfaction profonde et durable – texte lu jeudi soir à effet persistant.

12 pages (et, ce nonobstant, 5 chapitres) pour vider un roman lambda qu’on aurait pris les yeux fermés sur une table à la rentrée, dans une gare même pourquoi pas, de la somme des semblants d’actions et autres avatars de personnages, qui voudraient faire croire qu’un roman n’en est pas un autre, et garder les plus petits communs dénominateurs, langagiers et circonstanciels, entre tous à partir desquels chacun rebâtira celui qui lui convient.

Mais en parfaite connaissance de cause, Joachim Séné démont(r)ant magistralement l’interchangeabilité du genre, à partir de ses “tics d’écriture”, qu’ils émaillent les dialogues ou relèvent des compléments de temps ou de postures.

Quant à la profonde satisfaction que la lecture de l’exercice, aussi salutaire que stimulant, me procure, je soupçonne mon incapacité à inventer la moindre histoire d’y être pour quelque chose. Parce que c’est rassurant, tout compte fait, de savoir que ce n’était que cela un roman.

Joachim Séné, signe par ailleurs Hapax, autre texte astucieux aux mots si bien choisis qu’il n’a pas besoin de les écrire deux fois, toujours chez publie.net, et tient blog sous le titre Journal Ecrit, un blog inclus dans son site.

Et à propos de blogs et de sites : un an tout rond que j’émettais mes premiers signaux de fumée. Un grand merci à celles et ceux qui les ont captés et sont venus souffler sur les braises…

Filed under coin lecture
Both comments and pings are currently closed.

9 Comments

  • On 12 avril 2009 at 1:03 Christine said

    Bon anniversaire et très longue vie à ces signaux de fumée qu’on aime, même lorsqu’on ne vient pas souvent souffler sur les braises !

  • On 12 avril 2009 at 11:44 ms said

    Merci Christine, souffler sur les braises n’a rien d’obligatoire, mais des fois ça aide tout de même un peu à ranimer le feu…

  • On 12 avril 2009 at 21:34 mariedom said

    … : “, dans une gare même pourquoi pas,” …. j’aime comme tu dis … pour les braises .. souvenir de lecture annotée : La braise selon J de Romilly … tout communique, tel moment flamboie, s’allume, s’éteint, revient …

  • On 13 avril 2009 at 17:39 Frédérique M said

    Bon anniversaire donc. Je découvre votre blog grâce à notre participation commune aux 807 et à la flânerie exceptionnelle que m’octroie cette journée hors du temps. Au plaisir de vous relire.

  • On 13 avril 2009 at 18:04 ms said

    Merci de votre visite, Frédérique, et pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le blog 807 – mais à mon avis il ne doit pas en rester 807, ça se passe par ici

  • On 13 avril 2009 at 20:38 brigetoun said

    les souhaits avec deux jours de retard sont admis ?

  • On 13 avril 2009 at 21:00 ms said

    bien sûr Brigetoun, on ne s’en lasse pas, merci !

  • On 14 avril 2009 at 17:59 Cécile PORTIER said

    Roman et Hapax, oui, je suis d’accord : ça percute, et de là où ça a fait le trou, ensuite tout se vide de ce qui se fait passer pour la bonne soupe, quand ce n’était qu’un bain, dont il est urgent qu’on jette l’eau parce qu’elle commence à se faire sale. Et gardons les bébés tout propres et décrassés des poncifs du récit.
    En parlant de bébé, un an, c’est déjà quelque chose, bon anniversaire !

  • On 14 avril 2009 at 18:34 ms said

    merci Cécile, vous verrez on y arrive vite, et pour le reste, oui, ne pas hésiter à récurer…

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale