L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Glissements progressifs des au-revoir dans le langage courant

Comments Off
Posted by ms on 3 juin 2017 at 13:17

Longtemps un simple “au-revoir” a accompagné au quotidien nos séparations. Pour les grandes occasions et autres fins de joies collectives (à fuir) il y avait cette chanson tire-larmes disant que ce n’était qu’un au-revoir mes frères etc. et nous regardions de travers ceux qui usaient du grandiloquent “adieu”. Et puis est venu le temps du “à bientôt” : on commençait à ne plus supporter de se séparer sans fixer un terme à la séparation. Le “à bientôt” s’est dit et écrit partout, dans toutes les formes de congés que l’on prenait les uns des autres. Mais “bientôt” c’était encore un peu loin, alors s’est imposé, avec la même universalité des supports, le “à très bientôt”, plus rassurant. J’ai constaté, ces derniers temps, que le “à très vite” qui rapproche encore le terme des retrouvailles progresse à grand pas. “A très vite” permet de partir chacun de son côté tout en restant quelque part attaché à l’autre (un peu le principe de la balle de jokari au bout de son élastique qu’on ne risque pas de perdre). Je me demande de quoi nous avons tellement peur à chaque fois que nous nous quittons et quelle sera la prochaine formule qui exprimera l’insupportable de toute séparation, fût-elle la plus brève. Deviendrions-nous une espèce de plus en plus grégaire ?

Both comments and pings are currently closed.

7 Comments

  • On 3 juin 2017 at 14:19 Lucien SUEL said

    Oui Martine, c’est bien vu. Il a aussi le simple “A+” que je me suis toujours refusé à utiliser.
    Ceci dit, beaucoup d’autres “choses” sont en glissade progressive.

  • On 3 juin 2017 at 14:58 ms said

    Merci Lucien, le sol est très glissant, en effet…

  • On 3 juin 2017 at 15:08 PdB said

    Il y a aussi le “à tout bientôt” qui est si mignon (probablement issu de quelque région profonde (comme on dit maintenant, laissant aux orties la “province” qui avait le courage de sa domination) (d’ailleurs, j’aime assez le “comme on dit maintenant” qui a quelque résurgence, avez-vous remarqué, Employée ? Il en est un peu de même pour le “à l’ancienne” que j’aime beaucoup aussi)(il y a aussi le “on s’appelle” qui annonce certainement un oubli qui peut, en certains cas qu’on ne calcule que rarement, devenir éternel); on a l’occasion d’ouïr aussi des italianisants “à ciao” qui fleurent assez leur “Canal Plus” (cette odeur assez abjecte (sans doute ontologique) de la complaisance qui s’exerce souvent dans l’étrange lucarne), ainsi que des “à plus” qui tentent un raccourci d’assez bon aloi (on avait droit aussi, parfois, à “bye bye”, mais “ça ne se dit plus” (hein)) (on peut aussi combiner). Il faut bien qu’en se séparant, nous actions (du verbe acter) nos actions (car, comme on sait, il nous faut à tout instant dans la conversation, user des redites pour nous faire comprendre) : il y a aussi, dans ce registre, le “bisous bisou” qu’on dit au lieu de le(s) faire (nous en sommes alors quittes)(c’est peut-être tant mieux ?), car enfin, cette grégarité (ça se dit ?) n’est-elle pas simplement l’une de nos malheureuses conditions ? Bon, allez, à la prochaine…!

  • On 3 juin 2017 at 15:15 Elise L said

    … à tout’ ? on est si pressés, et d’ailleurs surtout comme des citrons !temps de rien, même pas de finir mots ou expressions

  • On 3 juin 2017 at 16:00 ms said

    merci @PdB et Elise, à la revoyure ?

  • On 3 juin 2017 at 21:04 Dominique Hasselmann said

    Belles observations…

    Il y a aussi : “Donne-moi ton 06 !…”

    Et le “On se SMS…” n’est-il pas encore inventé ?

  • On 4 juin 2017 at 8:25 Francesca said

    En effet, sans y penser, on a opéré par glissements successifs et, en y pensant, je m’entends accompagner mon “Ciao, ciao” d’un geste de la main…

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale