L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

D’un rêve d’avant colloque

Comments Off
Posted by ms on 29 mai 2017 at 11:58

Rare que L’employée aux écritures évoque ici ses rêves, souvenir d’un seul ayant fait l’objet d’un billet, une histoire de chaussures noires qui me valut en son temps beaucoup de visites d’internautes en quête du sens de leurs propres rêves avec chaussures noires.

Or il se trouve que je participais vendredi 26 et samedi 27 mai au colloque “La fabrique des transclasses” organisé par les philosophes Chantal Jaquet et Gérard Bras à l’université Paris I Panthéon Sorbonne ; Chantal Jaquet étant l’auteure d’un très éclairant et subtil ouvrage sur la question paru aux PUF en 2014 : Les transclasses ou la non-reproduction. Ce colloque interdisciplinaire réunissant principalement des philosophes, des psychanalystes et des sociologues s’ouvrait aussi largement aux récits singuliers, côté intervenants comme côté public. J’ai l’habitude des colloques mais je crois n’avoir jamais participé à un événement universitaire de ce type atteignant des deux côtés, tribune et salle, cette qualité égale des prises de parole, cette implication personnelle et ce niveau d’intensité des échanges. Ceci n’étant pas étranger, bien sûr, au fait que ce dont nous parlions concernait directement la plupart des personnes présentes dans la salle, des deux côtés.

Depuis janvier, quand l’invitation s’était précisée (merci encore à Chantal Jaquet et à Gérad Bras) et qu’il m’avait fallu fournir le titre de mon intervention, l’affaire me préoccupait. J’avais laborieusement forgé un intitulé – “Elargir le cercle : et si le voyage n’était pas solitaire ?” – en contournant le mot transclasse que, comme tous les mots bâtis sur le préfixe “trans” je ne trouve pas très beau (sauf transsibérien). J’aurais tendance à lui préférer “passe-classe” que l’on trouve aussi dans l’ouvrage de Chantal Jaquet, pour sa connotation passe-muraille, assez bien dans le sujet.

Sans savoir alors au-delà du titre ce que je pourrais bien dire fin mai, j’y pensais de façon de plus en plus obsessionnelle au fil des mois, lisais sur la question et notais en vrac les idées qui me venaient à la page “semaine 21″ de mon agenda. De ces notes  j’ai finalement bâti, pas du tout en théoricienne de la chose mais du seul petit bout de ma lorgnette, un topo insistant sur 4 points : la visibilisation par l’écriture, l’absence de choix face au non-reproductible, le passage d’une classe à une autre comme co-production de vivants et de morts, enfin qu’en matière de cursus et de carrière, les choses n’étant pas égales par ailleurs, les aboutissements ne le sont pas non plus.

J’en viens au rêve fait dans la nuit de jeudi à vendredi, soit au cours de la nuit précédant mon intervention au colloque. Ma famille au complet sur quatre générations, de mes parents à leurs arrières-petits-enfants, se trouvait réunie à l’occasion d’un événement non identifié, cohabitant pour quelques jours dans une maison trop petite pour contenir tout le monde. C’était, par exemple, un peu compliqué d’organiser les repas et l’on se bousculait sans cesse. Tout cela dans la bonne humeur mais je me demandais vraiment pourquoi s’entasser tous là pareillement alors que, pas bien loin, nous disposions d’une deuxième maison, complètement inhabitée celle-là…

Vendredi, pour la première fois, mon intervention dans un colloque s’est ouverte par le récit d’un rêve.

Filed under la vie tout venant
Both comments and pings are currently closed.

3 Comments

  • On 29 mai 2017 at 23:31 Elise L said

    ah ! quand s’offre le rêve qui coule sous le sens pour une introduction, faut-il que soit puissant ce qui nous travaille

  • On 31 mai 2017 at 21:16 PdB said

    il y a ce merveilleux travail de Jeanne Favret-Saada qui est titré “les mots la mort, les choses” qui s’évoque à chacune des interventions qui ont (en un sens) lieu aux confins de l’Orne et de la Mayenne, comment faire pour s’en abstraire ? Les quatre générations, c’est joli comme tout, je disais à la vieille dame (92 piges) que justement “quatre générations, ça vous fait quoi ?” elle m’a regardé en souriant et en disant “rien… : enfin, tout!” puis on a parlé d’autre chose (les 90 ans de B. les noces de 50 années de mariage de F. et M, enfin la famille) (cette famille qui n’est que peu mienne, au regard des années passées – mais ont-elles quelque importance, au regard du présent ? je me demande…) Heureusement, ces jours-ci, il fait beau (j’étais dans ces parages durant le colloque mais il avait qualité de m’intéresser : y aura-t-il des actes, ou quelque chose ? ça a été pour vous, Employée ? Il semble, en tout cas…)

  • On 1 juin 2017 at 18:18 L'employée aux écritures said

    Une réflexion est en cours sur les suites à donner à ce colloque mais jamais une publication ne rendra l’intensité des échanges… C’était un grand moment vraiment !

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale