L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Scène de rue de saison

Comments Off
Posted by ms on 1 avril 2017 at 17:09

Cette vieille dame jeune d’esprit qui marche, appuyée sur sa canne, face à moi sur le trottoir de la rue Notre-Dame-des-Champs s’arrête, accote sa canne contre le mur, se baisse précautionneusement, ramasse au sol une samare (arrivée sur ce bitume je me demande bien comment : ni érables ni frênes plantés rue Notre-Dame-des-Champs) et la lance en l’air au dessus de sa tête pour la regarder, tout sourire, tourbillonner en redescendant au sol. Nous échangeons un clin d’oeil et reprenons chacune notre route. Heureux effet printanier. Je me souviens qu’on les appelait hélicoptères dans ma cité d’enfance.

Illustration : Erable sycomore à fruits rouges, par Lefèvre, gravure extraite de la Revue horticole, 1864. Fonds ancien de la Bibliothèque de la Société nationale d’horticulture de France, via Gallica (cette mine).

Both comments and pings are currently closed.

2 Comments

  • On 2 avril 2017 at 0:00 PdB said

    on les appelait pareil à A.où y’en avait aussi (la rue notre dame des champs, à la hauteur de la rue Joseph Barra, est bordée d’une fondation, probablement religieuse, où fourmillent des arbres – les jardins de l’observatoire – où chut tonton, lors de la krypto-tentative de meurtre dont il prétendait avoir été l’objet dans ces années-là – ne sont pas loin non plus, une souffle de vent peut-être… ?)

  • On 2 avril 2017 at 9:39 L'employée aux écritures said

    Le vent probablement, mais la rue Notre-Dame-des-Champs est longue et je vous parle d’une portion bien aride, entre rues de la Grande-Chaumière et rue Jules-Chaplain (quant aux jardins de l’Observatoire, vous m’accorderez qu’ils sont plus près de la rue d’Assas que de la rue Notre-Dame-des-Champs).

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale