L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Points en suspension et poussières d’écriture

Comments Off
Posted by ms on 1 décembre 2017 at 19:50

J’avoue que ce blog est un peu, à l’image de ce godet, en suspension, ce qui ne vous aura pas échappé si vous croisez habituellement dans les parages. Quand L’employée aux écritures déserte, c’est qu’elle est trop occupée par ailleurs. (Depuis le retour des vacances d’été il s’agissait d’immobilier, affaire en passe d’être réglée, encore que les travaux… refrain connu).

Honnêtement, il manquait aussi sans doute l’envie, mise à mal par les injonctions à écrire comme ci ou comme ça, avec des .e par ci et des .e.s par là rendant ce qui s’écrit imprononçable pour peu d’effets sur la cause. Cause que je soutiens bien évidemment mais en pensant qu’on commencerait par combler les écarts de salaires entre les travailleuses et les travailleurs on y verrait plus clair qu’avec ces rustines collées à tout bout de mots. Pour ce qui est d’user des “celles et ceux” ou de féminiser les intitulés de professions, grades etc, aucune objection de ma part, bien au contraire (à condition qu’on me laisse mon métier de chercheuse sans me transformer en chercheure, après tout j’aurais aussi bien pu être danseuse et non pas danseure). Mais ne demandez pas à L’employée aux écritures d’écrire des .e : une bonne fois pour toutes c’est non. Et je profite de ce billet (puisque je n’en écris pas souvent) pour exprimer l’agacement que me cause chaque courriel reçu adressé à de “Cher.e.s collègues” ou à de “Cher.e.s ami.e.s” envoyant valser mon accent grave. J’y tiens à cet accent grave et j’aimerais mieux que le zèle inclusif se déploie sans écorcher l’intégrité orthographique des unes.

La vraie raison d’être de ce billet, précisément aujourd’hui 1er décembre 2017, est qu’il y a juste dix ans, à l’incitation du petit journal (en deux lignes par jour) collaboratif initié en novembre 2007 par François Bon en son Tiers Livre, j’ouvrais une année – 1er décembre 2007 – 30 novembre 2008 – de courtes notations quotidiennes, reprises et augmentées plus tard de leur index. Compilation toujours lisible d’une année pour moi pas du tout comme les autres.

Filed under la vie tout venant
Both comments and pings are currently closed.

10 Comments

  • On 1 décembre 2017 at 23:51 Benoît Melançon said
  • On 1 décembre 2017 at 23:55 L’employée aux écritures said

    Je n’en attendais pas moins de vous deux ! Merci !

  • On 2 décembre 2017 at 10:07 PCH said

    Employée, je vous suggère ceci (en hommage à ce brave garçon qui lutte, dit-on, contre ce mal terrible) (je crains que vous ne goûtiez guère cette variété-là – au contraire de celle que défend Bernard Lavilliers, je sais bien) (et merci pour le lien vers votre compilation – je posterai la mienne pendant le week-end si je la retrouve – c’était aussi une année difficile pour votre serviteur que celle-là – avec mes compliments)

  • On 2 décembre 2017 at 12:34 brigetoun said

    quel plaisir de découvrir que ne suis pas un diplodocus isolé dans ma réserve devant l’écriture nouvelle (tendance à penser qu’il y a plus urgent pour les femmes, et décidée à prendre ce masculin généralisé comme un neutre)

  • On 2 décembre 2017 at 12:35 brigetoun said

    et souvenir de ces billets (merci pour le lien)

  • On 2 décembre 2017 at 20:20 ms said

    @PCH Ce chanteur là, que je goûte moins en effet que l’homme de Saint-Etienne, je ne lui souhaite cependant que de rester On the road again…

    @brigetoun Espérons que le bon sens l’emportera, et j’aime beaucoup celui exprimé par Philippe Annocque dans son billet A propos (notamment) de l’écriture inclusive. Quant au petit journal du Tiers Livre, c’est un bon souvenir et vous en étiez aussi, comme @PCH et quelques autres fidèles.

  • On 3 décembre 2017 at 9:22 Adrienne said

    j’ai lu avec plaisir votre journal de cette année particulière (déc 2007 à nov 2008), merci d’avoir remis ce lien.
    Quant au notulographe pour qui vous vous inquiétiez le 16 mars 2008, j’espère vivre encore assez longtemps pour voir mes photos de salons de coiffure ostendais immortalisées par ses soins ;-)

  • On 3 décembre 2017 at 10:00 L'employée aux écritures said

    Merci Adrienne pour votre lecture. Ne désespérez pas du notulographe,si je calcule bien le temps d’attente au salon est de l’ordre de 6 ans et 9 mois puisque le 5 novembre dernier a été publiée une photo que je lui ai envoyée le 2 février 2011 : c’est dire s’il ne manque pas de munitions puisque je crois savoir qu’il les passe dans l’ordre d’arrivée… donc, patience, patience…

  • On 3 décembre 2017 at 10:54 Dominique Hasselmann said

    Cher.e ecrivain.e bien content de lir.e votr.e fulmination.e contre ces nouveaux.elles dktat.es de l’e (sans accent.e)critur.e inclusiv.e qui a porté.e au plus haut point.e d’incandescenc.e le ridicul.e précieux.se qu’un Molière (avec accent.e) aurait pu étriller de beau.belle facon.façon.

    Recevez, cher.e ecrivain.e mes salutations.es ou saluts.es empressé.es. Tenez bon.

    D.H.

  • On 3 décembre 2017 at 11:19 ms said

    Heureuse d’être comprise ! (et je me demande bien ce qu’en aurait pensé Perec : ça lui en aurait fait des e en plus à faire disparaître)

Pingbacks / Trackbacks

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale