L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Montparnasse Monde 5

Comments Off
Posted by ms on 18 octobre 2008 at 0:23

 

S’accouder à la balustrade, verrière porte océane niveau quai, et considérer le parvis et les événements qu’on y fabrique. 12 octobre 2007, JOURNEE EUROPEENNE DE LA DEPRESSION, grosses grappes de ballons blancs siglés « JED », logo bleu. Petits chapiteaux blancs ouverts à tous vents, essaimés sur l’esplanade, abritant des tables couvertes de piles de prospectus qui s’envolent – les bénévoles (j’imagine) de service cherchent des cailloux pour les retenir.  Je collecte méthodiquement un prospectus de chaque sorte, de « Anxiété et phobies » à « Troubles des comportements alimentaires », pour, si besoin était, les avoir sous la main à la maison. A 14h, ce même jour, nuée de blouses blanches qui s’égaille entre les chapiteaux : lieu de rendez-vous d’internes et apprentis paramédicaux (orthophonistes et kinés), pas contents, pour départ de manif aux banderoles  en lambeaux de draps. Parvis habillé résolument sanitaire.

 

 

Extension de la gare : au mur du cimetière, rue Froidevaux, et aux deux amis, depuis peu de l’autre côté – mais pas Jean-Paul Belmondo : l’autre jour, je traversais de mon bon pas le cimetière, un de mes raccourcis favoris, et cette femme qui venait de très loin, disait-elle, pour voir la tombe de Jean-Paul Belmondo, m’arrête brutalement et me demande avec insistance où la trouver. Je lui suggère un autre nom de comédien, bien mort, lui, récemment, et qui repose tout près, je crois qu’elle confond, mais rien n’y fait. C’est Jean-Paul Belmondo et personne d’autre qu’elle cherche. J’ai beau lui asséner, et plusieurs fois, que non vraiment, Jean-Paul Belmondo, n’est pas mort, je ne parviens pas à la convaincre et la renvoie vers les gardiens. Je poursuis, troublée, ma traversée, elle reste, désemparée, au milieu de l’allée, et puis je ne la distingue plus quand je me retourne.

Filed under Montparnasse monde
Both comments and pings are currently closed.

8 Comments

  • On 18 octobre 2008 at 10:53 PdB said

    l’entrée au cimetière par la rue froidevaux (vague réminiscence de de gaulle, là) est un joli passage vers le calme et la tranquillité…

  • On 18 octobre 2008 at 12:26 Phileon92 said

    Ne serait-ce pas plutôt une référence à :

    “Henri Froidevaux est un historien et géographe français né en 1863 et mort en 1954. Il est directeur de la Bibliothèque de la Société de Géographie dès 1901 et l’auteur de nombreux ouvrages sur les colonies françaises, en particulier la Guyane, Madagascar et Pondichéry.”
    © Wikipedia

  • On 19 octobre 2008 at 14:33 Dominique Hasselmann said

    “Pierrot le Fou” a été enterré plus tôt que prévu : il vient même de divorcer, si j’en crois une couverture de magazine aperçue sur un kiosque.

    Il n’a pas allumé à nouveau sa ceinture de bâtons de dynamite.

  • On 19 octobre 2008 at 21:07 PdB said

    Sans doute Henri, Philéon92, mais quand on passe par cette petite porte, les géographies (de l’âme) n’ont plus d’importance.
    Il reste d’ailleurs, et cependant, à faire l’histoire des cette guerre de Madagascar, dont les Français furent les majors avant d’aller chercher querelle (et remises en place) à Dien Bien Phu…

  • On 19 octobre 2008 at 23:04 brigetoun said

    le souvenir de ce cimetière me rend toujours un peu confuse, comme si j’étais encore, comme il y a très très longtemps de ça, élève de l’école spéciale d’architecture et que des camarades apostrophaient du haut des fenêtres de l’atelier les vieilles femmes venues sur des tombes, à l’autre bout, avec disons une rude gentillesse

  • On 20 octobre 2008 at 9:34 Anne savelli said

    Et nous tissons chacun nos fils : moi, c’est la Porte Océane que j’attrape ici, panneau à suivre ou non sur le quai ligne 4, Montparnasse Bienvenüe direction Porte d’Orléans…

  • On 20 octobre 2008 at 10:33 PdB said

    Elle est chouette la photo de la “petite sonnet” : dites donc est-ce que ce serait pas pris dans la bibliothèque (“la joie par les livres” lis-je, désabusé par ces années 60…) dont vous parlez dans l’atelier 62, par hasard ?

  • On 20 octobre 2008 at 12:32 ms said

    la photo en question, qui se trouve ici

    http://martinesonnet.fr/Site/Accueil.html

    est prise non pas à la bibliothèque (et vous me faites penser que j’en ai une prise là que je pourrai peut-être utiliser) mais à l’école maternelle

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale