L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Sophie Calle’s Mother avec girafe et soucis

Comments Off
Posted by ms on 21 novembre 2010 at 19:40

Sophie Calle avait une mère et puis n’en a plus eu. C’est la vie (de la fille), c’est la mort (de la mère) : des choses qui arrivent.

Quand ces choses arrivent chacune fait ce qu’elle peut. Sophie Calle, elle, mais c’est Sophie Calle, achète une girafe. Et explique : Quand ma mère est morte, j’ai acheté une girafe naturalisée. Je l’ai installée dans mon atelier et prénommée Monique. Elle me regarde de haut. Avec ironie et tristesse. Il faut savoir que la mère de Sophie Calle s’est appelée Monique. Rachel aussi.

Un peu avant la mort de sa mère (et tout ce qui s’en est suivi, du cercueil bien garni, du cimetière – je m’ennuie déjà – et de l’expédition de la fille avec les bijoux de la mère, par procuration, au pôle Nord), Sophie Calle était allée à Lourdes, en TGV, départ de Montparnasse, voie 1, à 14h40, voiture 12, place 12. Wagon trop bruyant, alors elle s’était déplacée : voiture 11, place 33. De son drôle de pèlerinage à Lourdes elle nous montre ses souvenirs.

La mère de Sophie Calle avant de mourir a dit aux siens : “Ne vous faites pas de souci”. Souci a été son dernier mot.

L’installation de Sophie Calle RACHEL, MONIQUE, est à voir jusqu’au 27 novembre, au sous-sol du Palais de Tokyo. Je dis bien à voir, à voir absolument, les yeux émus et tendrement amusés.

De Sophie Calle, j’avais beaucoup aimé en 2008 dans la chère vieille Bibliothèque nationale de la rue de Richelieu, l’installation “Prenez soin de vous”. Je l’avais dit dans un des tous premiers billets de ce blog Femme rompue par mail.

Both comments and pings are currently closed.

7 Comments

  • On 21 novembre 2010 at 19:50 gilda said

    Oh merci, j’ai failli oublier (cette drôle de (sur)vie trop chargée que j’ai). J’aime profondément et la dame et son travail.
    Et combien ça m’aide, ça a pu m’aider ; pour tenter de faire face dans ma propre vie.

  • On 21 novembre 2010 at 20:00 ms said

    C’est vraiment très bien et d’une certaine façon réconfortant. C’est une mort paradoxalement mise en scène et dédramatisée en même temps. Un ton très rare pour évoquer la mort d’une mère.

    Ouvert de midi à minuit tous les jours sauf lundi. Ne pas se fier aux affiches qui disent “uniquement sur réservation” : j’ai acheté mon billet sur place.

  • On 21 novembre 2010 at 20:10 cjeanney said

    merci, émotion aussi chez moi (des soucis plein mon jardin dont certains ont servis fagotés en cadeau à une disparue)

  • On 23 novembre 2010 at 10:47 jérôme W said

    Pour une fois un cimetière peut être un lieu accueillant

  • On 25 novembre 2010 at 18:23 Anne Savelli said

    et l’on y voit ce que l’on ne voit jamais… Ton billet m’a poussée à m’y rendre, ce midi : merci Martine.

  • On 30 novembre 2010 at 8:45 Dominique Hasselmann said

    Je m’étais dit que j’irais… car ces ex-votos publiés, j’en ai vus chez elle, il y a quelques années. Sophie Calle m’avait invité pour faire un constat d’accident, j’avais légèrement éraflé le pare-choc arrière de sa Fiat 500, boulevard Saint-Michel, avec ma Xantia, à un feu-rouge.

    Une grande artiste : une créatrice.

  • On 30 novembre 2010 at 9:03 ms said

    @Dominique, on peut dire que votre Xantia rouge a très bon goût en matière d’accrochage

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale