L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Scènes d’une boulangerie parisienne

Comments Off
Posted by ms on 9 septembre 2010 at 5:45

Les scènes se passent dans une boulangerie de la rive gauche, sur un boulevard de mon itinérance quotidienne Cette boulangerie n’a jamais été sympathique mais propose de bons financiers à la pistache et j’aime bien, d’une part, les financiers, d’autre part, tout ce qui est à la pistache.

Acte I, à la veille des dernières petites vacances de printemps de la zone C : comme je me trouve dans la boutique, les deux jeunes vendeuses parlent entre elles à mots couverts mais je comprends que leurs patrons les soupçonnent de distraire de la monnaie de la caisse.

Acte II, à la rentrée de ces même congés, jour de réouverture de la boulangerie : queue jusque sur le trottoir mais je prends mon tour et quand il arrive je comprends pourquoi l’attente et les étranges bruits de jackpot : une machine infernale dans laquelle il faut introduire ses pièces et qui rend automatiquement la monnaie trône sur la caisse ; personne n’y comprend rien et les vendeuses en réexpliquent le fonctionnement à chaque client.

Acte III : après avoir un certain temps évité la boutique, le jour où ma gourmandise l’emporte je paie mon financier à la pistache avec le plus gros billet à ma portée (20 euros) par esprit de rébellion contre une technologie prétendument hygiéniste à l’égard des clients mais surtout suspicieuse envers le personnel ; je constate qu’une affichette explicative a été collée sur l’appareil antipathique, spécifiant d’introduire les pièces LENTEMENT et UNE PAR UNE dans la fente (comme les billets de train dans les composteurs).

Acte IV, hier matin : je me demande si la machine a passé l’été, déroge à mon boycott et règle mon achat avec un billet de 5 euros – les temps sont durs ; mais grande est ma jubilation à la lecture de la nouvelle affichette apparue sur l’engin démoniaque, ajoutant aux recommandations antérieures la demande expresse d’attendre calmement le retour des pièces dues et de NE PAS TAPER SUR LA CAISSE.

Trop prise au dépourvu pour pouvoir photographier discrètement ; une autre fois peut-être. Et puisque j’y pense, à propos des boulangers parisiens, j’en profite pour suggérer de lire le beau livre que l’historien américain Steven L. Kaplan, a consacré à ceux du XVIIIe siècle, Le meilleur pain du monde : les boulangers de Paris au XVIIIe siècle.


Both comments and pings are currently closed.

8 Comments

  • On 9 septembre 2010 at 7:29 PhA said

    On comprend qu’ils “fassent” si bien les financiers.

  • On 9 septembre 2010 at 7:41 ms said

    @PhA : ce sont les plaisirs pâtissiers, mordre à belles dents un financier, un jésuite, une religieuse, une polonaise, un baba… sans oublier les joies de la conversation

  • On 9 septembre 2010 at 8:20 gilda said

    J’aime beaucoup le “ne pas taper sur la caisse”. Il est effectivement des boycotts difficiles.

    Nous avons nous aussi un boulanger “technologique” mais au contraire plutôt intelligent, il faudrait tiens, que j’en fasse un billet.

  • On 9 septembre 2010 at 10:35 Christophe Sanchez said

    La patron va se séparer des deux vendeuses, ça ne tardera pas.

  • On 9 septembre 2010 at 16:05 Anne Savelli said

    “distraire de la monnaie de la caisse”, l’expression est vraiment savoureuse !

  • On 9 septembre 2010 at 21:05 PdB said

    Moi j’aurais mis “Ne pas taper DANS la caisse” ça aurait aidé… En même temps (concomitamment si vous voulez, Employée) conseiller un livre de 756 pages, vous n’y allez pas de main morte (ni avec le dos de la cuillère) (je reconnais bien là votre occupation rétribuée – qui vous procure billets de 20 et de 5- je veux dire historienne)(un pavé de ce type n’alerte même pas cette corporation, c’est dire, je suis certain, ma main à couper, que vous avez haussé vos épaules) (ne mentez pas) (soyez, comme le bon pain, franche…) ( il y a aussi mordre dans l’éclair qui n’est pas mal – on se prendrait, presque, si on aimait les gâteaux – ce qui n’est pas mon cas- pour Zeus en son Olympe)(je vais me taper un petit casse-dalle au jambon, tiens)(ou au pâté, mais ça fait un peu tard)

  • On 9 septembre 2010 at 23:22 janu said

    Boulangerie monde, me dis-je souvent (pas en ces termes, cependant).

  • On 10 septembre 2010 at 10:26 ms said

    Dans le Montparnasse Monde le boulanger s’appelle Paul.

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale