L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Naples, aperçu images et son

Comments Off
Posted by ms on 1 février 2010 at 21:10

Je ne connaissais pas Naples avant d’y être invitée la semaine dernière à parler de l’éducation musicale des filles au XVIIIe siècle au Congresso della Società Italiana delle Storiche, dans une session particulièrement sympathique et féconde, mêlant musiciennes, musicologues et historiennes, organisée par Caroline Giron-Panel.

Sortie  de nos travaux académiques abrités par l’università degli Studi di Napoli Federico II j’ai aimé me mêler au grand fouillis bruyant de la ville, bien plus étendue que je ne l’imaginais et régulièrement arrosée d’averses drues dont les premières gouttes faisaient aussitôt surgir sur tous les trottoirs leur nuée de vendeurs de parapluies.

Loger à la foresteria du Centre Jean Bérard, on ne saurait plus au coeur de la vieille ville, vico S. Maria Ad Agnone, débouchant dans la via dei Tribunali, c’était éprouver la ville dans toutes ses géométries improbables. Ville à fascination agissante aussi irrésistible sur moi que celle de Venise.

Une introduction fortuite, mais évidente à sa façon, à la rencontre de l’oeuvre de William Kentridge Streets of the city, mêlant “tapisseries cartographiques”, collages et bronzes, dans son exposition au Musée de Capodimonte quand je me fixais sur ces hauteurs un rendez-vous plutôt caravagesque.

Redescendant du musée par le bus R4 sous la pluie battante et dans l’embouteillage du samedi après-midi via Toledo, à hauteur de la Piazza Dante, j’ai activé l’enregistreur du iphone et saisi quelques voix (et klaxons et tambourinement des gouttes) de Naples.

Naples.m4a

Et quittant dimanche matin la foresteria pour rejoindre l’aéroport, j’ai compris découvrant ce squelette à ma porte, la cause de la gigantesque pétarade, amplifiée par l’étroitesse du vico, entendue tard la veille au soir et dont j’avais préféré ne pas m’aventurer au dehors pour en identifier l’origine…

Merci à PCH qui m’a envoyé le lien vers le Naples d’Ernest Pignon Ernest.

Both comments and pings are currently closed.

7 Comments

  • On 1 février 2010 at 21:37 cjeanney said

    “entendre Naples et soupirer de plaisir !” (oui, c’est une variante, parce que “voir” n’est pas possible et que “mourir” n’est pas un projet immédiat)

  • On 1 février 2010 at 21:54 brigetoun said

    un rêve qui devait être mes dernières vacances (avant les vacances pour toujours mais sans voyage) annulé le matin du départ – regretterai toujours un peu, me contente d’une Naples imaginaire, et j’ai cru la trouver là

  • On 1 février 2010 at 22:21 Anne Savelli said

    et grand plaisir à écouter les klaxons de Naples dans ma rue silencieuse, pour une fois…

  • On 1 février 2010 at 22:32 PhA said

    J’aime écouter ce paysage invisible. (Mes yeux d’ailleurs peinent à identifier le squelette.)

  • On 2 février 2010 at 3:50 PascalJourdana said

    Une fois de plus, sentiment qu’il y a des liens souterrains entre Marseille et Naples. Faudra vraiment que j’aille vérifier une fois.

  • On 2 février 2010 at 10:00 ms said

    Pascal, c’est vrai que j’ai un peu pensé à Marseille (du moins au peu que j’en connais), mais en éprouvant en plus un sentiment “d’absence de limites” très particulier, jamais ressenti ailleurs dans les villes où je suis allée (qui se limitent à la vieille Europe)

  • On 4 février 2010 at 23:09 PdB said

    Naples, Lisbonne, Venise, Gênes, Istanbul, Beyrouth, Alexandrie, Djerba, Tanger… que de soleil, hein… j’ai découvert hier que mes voisins du 4° (mais gauche, attention) vivaient à Djerba et que tous les ans, ils y retournent deux mois (là où ma grand mère allait, une fois par an, et où elle se faisait prédire la bonne aventure (à ce que j’ai retenu) (ou alors simplement ré-accomodé à ma sauce…)

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale