L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Philippe Annocque est Seul à voir (je sais bien de quoi il retourne)

Comments Off
Posted by ms on 5 février 2010 at 7:00

Premier vendredi du mois : carte blanche à Philippe Annocque (qui, à charge de revanche, m’accueille dans ses Hublots) – c’est dans le cadre des vases communicants entre blogs et je suis très fière que l’auteur de Liquide, pour sa première participation aux opérations, s’aventure sur mes terres…

Moi aussi, l’Histoire, ça me connaît.

Encore une fois, c’est la guerre. Je viens d’être appelé. (Est-ce moi qu’ils ont appelé ? Vous n’apercevez qu’une sorte de lycéen un peu gauche. Vous avez même l’impression que je n’ai pas terminé ma croissance.)

Je viens d’être appelé, comme tout le monde. Ne me plaignez pas : je ne suis pas contre.

Je sais pourtant bien de quoi il retourne. Tous ici, tous autant que nous sommes, nous le savons parfaitement. Sans doute, comme vous, l’avons-nous appris dans les livres. Cette guerre en effet est la première : la Première Guerre mondiale, qui vient juste d’être déclarée. Nous savons donc bien comment ça finira, comment ça aura du mal à finir, comment ça n’en finira jamais.

Dans mes mains, je retourne ma convocation. C’est un petit papier cartonné rectangulaire et allongé, horizontal. Sans doute sa couleur blanc cassé est-elle censée marquer l’époque ancienne.

J’ai paraît-il la possibilité de ne pas y aller (peut-être même est-ce écrit directement sur ma convocation), de ne pas la faire, cette guerre. Peut-être puis-je, au lieu de la guerre, être affecté à une autre tâche, pourquoi pas journalistique. Une dame un peu sotte, qui me veut du bien, a tout prévu pour moi. Mais moi, vous me comprendrez sans peine, je ne veux pas d’un tel privilège ; je veux faire comme les autres.

Mon père est préoccupé. Le voici qui vient me voir, en moto, et me demande des nouvelles. Il n’est pas bien à l’aise, sur cette machine ; cela se voit tout de suite : il roule trop lentement, il zigzague.

Et voilà que je l’ai perdue, ma convocation ! Impossible de mettre la main dessus ! C’est tout de même bien ennuyeux. Je ne sais plus où je dois me rendre, ni quand. Cela a-t-il un rapport avec cette promenade en voiture, lors de laquelle M au volant quitte la route, roule sur un terrain herbeux et inégal, escalade d’abrupts monticules sous prétexte de prendre des raccourcis ?

Filed under Les invités
Both comments and pings are currently closed.

11 Comments

  • On 5 février 2010 at 8:44 brigetoun said

    si bien re-vécu ou re-créé avec précision et flou nécessaires

  • On 5 février 2010 at 9:00 Anna de Sandre said

    Quel plaisir de te lire chez une autre. Je vais relire ce texte, c’est pour le moment un de mes préférés dans les échanges de ce mois.

  • On 5 février 2010 at 9:25 Dominique Hasselmann said

    Littérature : convocation à ne pas perdre !

  • On 5 février 2010 at 10:40 Gilbert Pinna, le blog graphique said

    Et cette folle rage de vivre qui pousse M et tant d’autres (et nous avec)
    à prendre les chemins de traverse, le coeur battant, pour glisser sur la mousse ?

  • On 5 février 2010 at 11:52 Ambre said

    Ce texte c’est du Annocque tout craché. Un régal. Pas besoin de signature.
    Vivement le prochain livre.

  • On 5 février 2010 at 13:23 juliette said

    alors bienvenue au jeune annocque qui a, comme qui dirait, de la bouteille (et de toute façon, question vases et liquide, personne n’arrive à son hublot)

  • On 5 février 2010 at 15:07 Depluloin said

    “Jeune Annocque”? Ah pardon, j’ai dû me tromper!

    Toujours cette inquiétante étrangeté! J’adore toujours autant!

  • On 5 février 2010 at 21:18 PhA said

    Merci à tous – et à notre hôtesse !

  • On 6 février 2010 at 0:35 Frédérique M said

    Le jeune Annocque s’en va-t-en guerre. Rêve ou réalité ?

  • On 6 février 2010 at 11:23 ms said

    Merci Philippe pour avoir confié ce beau texte à L’employée aux écritures et merci à toutes et à tous pour vos lectures qui ont fait exploser l’audimat !

  • On 6 février 2010 at 17:58 elise said

    Un beau rêve labyrinthique à souhait, me suis pour l’instant arrêtée au premier magnolia.

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale