L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Notes confinées (semaine 1)

Comments Off
Posted by ms on 24 mars 2020 at 12:32

Du mardi 17 mars au lundi 23 mars 2020, avec vues sur rue, sur cour ou sur intérieur.

Mardi sur la rue

les chiens, même en laisse, sont les rois du boulevard.

Mercredi sur la rue

la croix verte de la pharmacie signe la vie.

Jeudi sur la cour

un enfant après l’autre joue sa récréation.

Vendredi à l’intérieur

les cheveux poussent désormais sans craintes.

Samedi à l’intérieur

l’adjectif drastique est sorti de sa réserve.

Dimanche à l’intérieur

les heures creusent leurs trous profond.

Lundi sur la cour

jalouse de la corde à sauter, pas pour me pendre, juste sauter.

Filed under la vie tout venant
Both comments and pings are currently closed.

3 Comments

  • On 24 mars 2020 at 12:47 aunryz said

    La concision de la note journalière donne le ton
    Les mots font le reste.
    -
    J’aime bien vendredi
    L’évocation de la crainte du tailleur.

  • On 24 mars 2020 at 20:54 Elise said

    beau travail !

    moi c’est lundi et sa corde à sauter, jamais été très leste à ce jeu-là mais l’envie, oh ! que oui, quant à se pendre… se faire pendre ailleurs peut-être !

  • On 30 mars 2020 at 16:27 PdB said

    j’ai mis plus de mots au mien de journal – bien plus – mais le votre Employé a le grand mérite de la synthèse (ce mot de synthèse me fait irrémédiablement penser à un mot de Michel Audiard (pourtant aussi assez peu recommandable dans ses débuts des années quarante – mais passons) qui, pour dire l’incommensurable bêtise de l’un (je ne sais plus) faisait dire à Bernard Blier (je pense) “ah celui-là c’est une synthèse !”). Bon courage pour la suite (il est certain qu’au sortir de cet événement plus ou moins viral, les merlans auront un boulot monstre…)

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale