L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Montparnasse monde mis à nu

Comments Off
Posted by ms on 16 décembre 2017 at 23:53

La gare nouvelle qu’ils nous fabriquent – puisque toujours ils nous disent “votre gare ceci” “votre gare cela” voulant nous faire oublier notre pauvre condition d’usagers non propriétaires – commence par la mise à nu de l’ancienne. Et c’est intéressant quand on s’est toujours posé la question de ce qu’elle pouvait bien avoir dans la peau, sous les écailles céramique dont ils la dépouillent aujourd’hui précautionneusement, travaillant avec filet, côté Mouchotte. Du béton : rien d’étonnnant, élémentaire même mon cher Watson, et j’aurais bien parié que le Montparnasse monde c’était béton et rien d’autre. Parié et perdu. Parce qu’il y a aussi de la brique, et ça c’est une bonne surprise. Je n’imaginais pas la gare s’édifiant, du moins en petite partie, brique après brique, cimentées à la truelle ; fil à plomb régulièrement sorti de la poche pour ne pas rejouer le mauvais tour de Pise. J’aime la brique, j’ai grandi dans la brique et il m’en reste quelque chose, aussi suis-je sensible à ce dessous découvert de la gare. Je ne dirai rien des parpaings conjoncturels jouxtant l’empilement des briques. Ceux-ci ne ressortissent pas – à mon avis – au bâtis originel mais se trouvent là à titre de bouche-trou nécessaire à ce stade des travaux pour interdire le chantier à la curiosité du public. Si tant est que le public, L’employée aux écritures mise à part, soit tenté d’y aller voir.

Pour mémoire : la série  Montparnasse monde existe sur ce blog depuis septembre 2008, le livre Montparnasse monde depuis janvier 2011.

Filed under Montparnasse monde
Both comments and pings are currently closed.

2 Comments

  • On 17 décembre 2017 at 13:04 PdB said

    Employée,vous n’êtes pas la seule du public à vouloir aller y voir. Vue comme ça, “notre” gare paraît cependant belle (ce que j’en dis, je ne la fréquente que peu – seulement lorsque je vais voir mon ami libraire à Chartres – les turpitudes subies par le réseau qu’elle dessert désormais, dues à l’engrossage (ça ne se dit pas, si ?) de ses actions par la (wtf) société nationale (ces pannes à répétitions, ces avis que je reçois des amis de la ligne Paris-Granville (dont je suis) etc… tout ça indique un peu quand même quelque chose comme une espèce de maladie : probablement due à l’oubli de ses vocations, je suppose – en l’espèce transporter ledit public dans de bonnes conditions sans que cela lui coûte un bras) (il me semble) (je regarde à travers les images du robot ce qui se trame : on a posé vois-je une sorte d’ascenseur côté Mouchotte comme vous dites)

  • On 17 décembre 2017 at 14:09 Dominique Hasselmann said

    La SNCF (oh pardon ! “oui-Sncf”) a dépensé… des briques pour le TGV au détriment du réseau “secondaire”. Les grandes gares sont transformées en centres commerciaux.
    Le passage vers “le monde nouveau” n’est vraiment plus au niveau.

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale