L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Là où Manoel de Oliveira repose (Porto)

Comments Off
Posted by ms on 18 septembre 2015 at 22:58

C’est, dans la ville de Porto, au bout d’une courte rue qui porte bien son nom et le portait mieux encore avant, quand elle s’appelait Rua do Cemiterio, mais sans doute que ceux de l’hôtel, seul édifice un peu conséquent dans cette rue sans façons, n’appréciaient guère cette adresse à tête d’enterrement.

Alors on a débaptisé la rue, préféré comme enseigne la Méditation qui laisse entendre qu’on y dort bien. Ce que les occupants du bout ne démentiront pas, eux qui ne font pas qu’y passer et au service desquels fleurit  l’inévitable petit commerce de la dernière heure.

Manoel de Oliveira (1908-2015) repose là, à quelques pas de l’entrée du cimetière d’Agramonte, auprès de quatre des siens, à l’abri d’un toit qui pourrait en abriter un de plus. A moins que Manoel ne soit le dernier : les autres sont là depuis si longtemps. Un homme sans plus de contemporains à force de vivre.

Ce qui surprend un peu, et fait sourire, ce sont les qualités qu’il revendique, pour finir, du haut de ses 106 années accomplies. Cet homme-là, n’allez pas croire qu’il n’y avait que le cinéma qui l’intéressait dans la vie.
Tout autour de lui, la vie rangée des morts suit son cours.
Chacun son petit ménage.
Pour visiteurs, des chats, des mouettes, et nous ce dimanche 13 septembre 2015, juste avant la fermeture à 17h30.
Both comments and pings are currently closed.

2 Comments

  • On 29 septembre 2015 at 7:43 Dominique Hasselmann said

    J’aime bien les autres “occupations” indiquées pour ce cinéaste à la longue vie et aux films captivants dans leur originalité fixée.

    Ce cimetière mériterait également, en plus de vos photos cadrées (comme on dit d’un tir réussi au foot), un lent travelling arrière – mais pas depuis une caméra installée sur le capot d’une voiture de course.

  • On 29 septembre 2015 at 8:42 ms said

    Je ne sais pas si Manoel de Oliveira est le doyen du cimetière (qui est immense) comme il a été celui des cinéastes, mais pour ce qui est des pilotes automobiles et des athlètes, je n’ai aucun doute !

    J’ai fait beaucoup de photos dans le cimetière, mais n’ai pas eu le réflexe vidéo, malheureusement la lumière baissait (le gardien nous a attendu pour fermer) et je n’ai plus d’appareil photo, que le téléphone, alors beaucoup sont peu utilisables.

Pingbacks / Trackbacks

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale