L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Les invités : Maryse Hache

Comments Off
Posted by ms on 5 octobre 2012 at 0:02

Dans le cadre des échanges entre blogs du premier vendredi du mois je suis particulièrement fière que Maryse Hache, du si beau Semenoir et de l’Abyssal cabaret (que l’on peut désormais lire aussi sur papier), ait choisi de lever le voile ici sur un travail qu’elle entreprend autour d’archives familiales – je n’en dis pas plus, elle présente elle-même son corpus mais je lui exprime toute ma gratitude pour ce cadeau fait à L’employée aux écritures. Chez elle, on peut lire mon New York, jeu de miroir, reflet amusé de la ville dans laquelle je séjourne quelques semaines, accueillie au Remarque Institute, NYU. Comme d’habitude, la liste établie par Brigitte Célérier@brigetoun si vous préférez – aide à se repérer dans tous les échanges annoncés. Merci à elle aussi.

depuis un moment vagabonde en moi un chantier rêvé d’écriture autour des correspondances de mon père, (échangées avec ma mère, ils venaient de se fiancer)  pendant ses presque six ans de captivité dans un camp en silésie orientale

je choisis, avec l’accord bienveillant, de martine sonnet, et à l’occasion de ce premier vase avec elle, d’ouvrir ce chantier en ses terres et sous son égide

gratitude

que l’écriture aille son chemin

.

pour l’instant ça s’appelle (emprise)

(essaierai de trouver le “e” majuscule particulier à son écriture)

terme qui fera vignette de ce chantier au semenoir

ce mot, je l’ai trouvé écrit manuscrit sur un petit bout de papier esseulé dans ses affaires

on peut lire, écriture inversée typographique, dans le coin supérieur droit, une fin de mot : “…ons” peut-être une terminaison de verbe conjugué, et “inutiles”

énigme

la force émotive et éveillante du mot manuscrit, soudain offerte à nouveau à ma lecture, marque de la main, gestuelle de l’écriture, forme des doigts, des ongles, alliance et bague, est plus forte pour moi qu’une photo

plus dynamique


.

il  ne se doute de rien

sa blondeur sa jeunesse répondent à l’appel du service militaire

pour l’instant cavalier 2° escadron 29 novembre 1939 à st germain-en-laye

il a 21 ans

ne se doute de rien

.

.

sauf

ses yeux bleus ont déjà croisé les yeux marron de geneviève

elle a 27 ans

train ligne denfert-rochereau direction seine et oise

lui monte ou descend station orsay il habite chez ses parents

il travaille chez ses parents paris 14°

elle monte ou descend à deux stations de différence, c’est lozère

elle habite chez sa tante c’est plus prudent en ces temps incertains

elle travaille à paris

horaires réguliers du train

ils y sont souvent ensemble se voient se regardent

et c’en est fait d’eux

“je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue”

.

il a fumé quelques unes de “leurs” cigarettes

“les cigarettes sont épatantes”

.

.

“… vous remercier de votre aimable attention”

“Je vous écrirai plus longuement dans quelques jours”

.

.

Filed under Les invités
Both comments and pings are currently closed.

3 Comments

  • On 5 octobre 2012 at 11:31 PdB said

    J’adore, j’adore ça… Une merveille (quelle chance, ces papiers) (Emprise oui) (déjà) (oui)

  • On 6 octobre 2012 at 15:23 Elise L said

    moi aussi, j’adore, j’adore ça !

  • On 6 octobre 2012 at 15:24 Elise L said

    puis, tant pis, oui, je l’ajoute, ça fait bien de vous savoir là, tous

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale