L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Oloé du bord de l’eau

Comments Off
Posted by ms on 22 juillet 2011 at 5:30

Le concept de l’oloé – le lieu Où Lire Où Ecrire : quête incessante - est une heureuse invention d’Anne Savelli auteure de Franck (mais pas seulement) paru l’année dernière, livre fort avec dérives et rencontres en villes, en gares et en prisons, le tout nimbé d’amour et accompagné magnifiquement en images et en voix sur la Toile. Son livre numérique Des Oloé Espaces élastiques où lire où écrire qui vient de paraître est lui natif du web, conçu lors de sa résidence virtuelle chez mélico – à qui je livrais dans le même temps mes Notes de voyages avec livre et où, en ce moment, des textes de Philippe Annocque et de Thierry Bienstingel sont accueillis.

Ce début juillet 2011, j’ai habité un Oloé auquel je mettrais bien ***** s’il en allait des Oloé comme des hôtels, mais mon Oloé n’était pas un hôtel mais un moulin sur un bras de Seine à Andé dans l’Eure, assez connu pour que je me dispense de raconter son histoire ; une longue histoire commençant au XIIe siècle et fortement enrichie à partir du milieu du XXe des présences des hôtes, artistes, musiciens et cinéastes notamment, et écrivains, reçus là par Suzanne Lipinska conquise par le lieu et désireuse de le partager.

Au moulin j’écrivais en bon voisinage avec Maurice Pons (et ses chats) vivant là à demeure ; ma chambre à soi d’une semaine située juste au dessus de chez lui. Souvenirs forts de Georges Perec dans les murs, comme de François Truffaut, de Jules, de Jim et de Catherine, pour ne pas dresser une trop longue liste de celles et ceux passés par là.

Précieuse semaine sans autres pensées que celle d’écrire quand l’ordinaire des jours c’est l’éparpillement et assez souvent le spectre des choses à faire dans le reste de la journée qui vient se mettre en travers de l’écriture des petites heures du matin tôt. Chantier en cours, chantier au long cours, esquissé jusqu’à son terme.

Le dimanche, comme tous les dimanches sans doute, un bateau de croisière est passé, apparition étonnante dans ce paysage ressenti comme l’écho d’un lointain “sentiment de la nature au XVIIIe siècle” ; beau sujet à méditer dans un parc dans lequel le végétal et la rocaille se fondent à la perfection.

Je me suis plue à Andé parce que dans la nature sans me ressentir à(de) la campagne. Nuance. Sentiment partagé me dit Suzanne Lipinska : je ne serais pas la seule,  assez loin de là, à aimer le moulin sans trop goûter la campagne. Grande pensée amusée pour les pages de Georges Perec à propos de  la campagne dans Espèces d’espaces(le chapitre IX, p.101-107 dans mon édition, collection Médiations Denoël/Gonthier, achetée en septembre 1978, je l’ai noté à l’intérieur).

Sur la Seine croisent les bateaux du dimanche et sur l’herbe les bateaux des autres jours au fond desquels des arbres poussent.

Both comments and pings are currently closed.

4 Comments

  • On 22 juillet 2011 at 17:22 Anne Savelli said

    Merci beaucoup, Martine, d’avoir entamé ce billet par cette présentation de mon travail, j’en suis très touchée. Je viens justement de lire trois livres de Maurice Pons, ainsi que le texte de Christophe Grossi – dans lequel j’ai appris qu’Un homme qui dort, de Perec, avait été écrit au Moulin. Décidément, ton Oloé ***** ne pouvait vraiment pas mieux tomber !

  • On 22 juillet 2011 at 17:57 PCH said

    Employée, votre affaire fait envie… et je pense qu’elle vous a été (et nous sera donc, par voie de conséquence logique) profitable… On attend avec impatience alors… (et mélico vous remercie) (j’informe le secrétaire du Bulletin Georges Perec de votre mention circonstanciée, afin qu’il la recense)

  • On 22 juillet 2011 at 21:07 mel13 said

    Votre Oloé donne envie de prendre le vert… de relire perec aussi…

  • On 23 juillet 2011 at 13:46 ms said

    @Anne impossible, étant là, de ne pas y penser à tes oloés et que pour une semaine j’avais trouvé le mien

    @PCH merci de la confiance et de votre prévenance à l’égard du Secrétaire (qui a reçu une photo spécifique par courrier)

    @mel13 oh que oui lire et relire Perec, à la campagne comme à la ville…

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale