L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Archives for New York City

Frantz Schubert à Carnegie Hall

Comments Off

A Carnegie Hall dimanche, mais pas dans la grande salle, au Weill Recital Hall, petite salle située au 4e étage, vouée à la musique de chambre, et de fait il s’agissait des deux trios de Schubert interprétés par le Clavier Trio (Arkady Fomin, violon, Jesus Castro-Balbi, violoncelle et David Korevaar au piano). Dehors il pleuvait. Le concert était à 2 p.m. je n’avais pas réservé à l’avance et j’ai été très heureuse d’acheter ma place sans aucune difficulté à l’ouverture des guichets à midi. Entre temps je suis allée me restaurer au Deli Premier Café angle 7th avenue 55th st. Revenue pour l’ouverture de la salle – je voulais jouir du lieu – je suis allée de surprise en surprise. D’abord la salle d’une architecture un peu inattendue perchée à un quatrième étage.

Ensuite le public, composé à 80 % de vieilles dames russophones, qui étaient là comme chez elles, entre elles ou tout comme, accompagnées de 10 % de vieux messieurs russophones, un peu plus jeunes m’a-t-il semblé et, éparpillés parmi eux, de 9,50 % de germanophones des deux sexes et d’âges mêlés. Je m’arrondis au 0,5% restant : il y a 268 places dans la salle. Ma voisine de droite, vieille dame russe (qui me demande à l’entracte si j’enjoy, comme je lui réponds, m’arrête pour me demander si je parle anglais, ce que je croyais bien être en train de faire) m’expliquera que le public de ces concerts est toujours celui-là et que, d’ailleurs, elle devra se hâter à 4 p.m. d’en rejoindre un autre à Columbus Circle. Elle espére qu’à 4 p.m. le Clavier Trio en aura fini avec Schubert. Ce qui arrivera car, troisième surprise, les deux trios sont exécutés avec grand entrain. Un Schubert électrisé par le Nouveau Monde, qui a son charme et sa virtuosité, mais surprend un peu à première oreille.

Le deuxième trio de Schubert, je ne suis sans doute pas la seule à l’avoir découvert dans une salle de cinéma, grâce au Barry Lyndon de Kubrick, film qui m’avait légèrement ennuyé : je n’étais pas encore une dix-huitiémiste convaincue. Le premier trio c’est dans une magnifique émission – que j’aimerais bien réentendre – de la série “La musique et les hommes” consacrée à Roland Barthes que je l’ai entendu pour la première fois. Barthes y tenait des propos sur la musique romantique de même pertinence que ces écrits sur la photographie. J’ai malheureusement usé la cassette enclenchée en catastrophe, prise au dépourvu, enregistrement amputé des premières minutes. Je me souviens qu’il avait aussi parlé de ce qu’écoutaient sur leur transistor les peintres qui, dans ces jours-là, repeignaient son appartement.

C’est en sortant de Carnegie Hall que j’ai croisé  la Polish Parad ou Polish Pride. Aujourd’hui, sur la même 5e avenue est passée la Columbus Day Parad, mais j’étais à mon bureau d’ici, Washington Square.

Filed under New York City
oct 9, 2012

New York bleu samedi

Comments Off

Ce samedi New York était franchement bleu. Le samedi matin les New-Yorkais promènent leurs chiens et leurs enfants, en laisse, sur leurs épaules, en charriots attelés à leurs vélos, en poussettes à rollers. Certains font d’une pierre deux coups et apprennent à leurs enfants à promener les chiens. En semaine les chiens sortent aussi mais leurs promeneurs sont mercenaires et les enfants traversent la ville dans des autobus jaunes. J’imagine que les New-Yorkais se procurent leurs enfants à peu près comme nous, mais leurs chiens, la variété des modèles induit la question de leur provenance. J’en ai croisé aujourd’hui des espèces tout à fait inconnues des trottoirs parisiens et dont les gabarits s’échelonnaient du guère plus gros qu’un écureuil au veau bien en chair. J’ai même croisé un excentrique tracté par ses deux veaux. Mais dans l’Hudson River Park, ce que je regardais, c’était la ville de l’autre côté, comme elle était bleue.

Filed under New York City
oct 7, 2012

Le jour où il a plu – New York City 5

Comments Off

Une fois n’est pas coutume, je trouve logique d’intégrer dans ma courte série New York City en le contextualisant un peu plus précisément le billet confié à Cécile Portier pour son blog Petite Racine il y a un mois (dans le cadre des échanges du premier vendredi du mois – en novembre je n’y ai pas participé mais bel ensemble à découvrir chez Brigitte Célérier). Avec Cécile, notre échange d’octobre avait pour thème les valises.

Dans cette semaine newyorkaise, le vendredi matin s’est passé à explorer les rayons de la librairie Strand, de la cave au grenier, une librairie où l’on trouve des trésors cachés bien exposés

un étonnant photo-maton au sous-sol (mais c’est à l’extérieur dudit photo-maton que je me suis involontairement tiré le portrait,

et cinq chaises défraîchies alignées sous la fenêtre à l’étage des livres d’art, donnant vue sur une chouette de l’autre côté du carreau et sur la la ville mouillée

parce qu’il faut savoir que ce matin là il pleuvait fort. Une fois sortis, nos achats réglés aux caisses du rez-de-chaussée, nous sommes restés longtemps sous l’auvent du magasin, la pluie ne faiblissait pas, mais ce n’était pas du tout un problème, c’était jouir de la ville d’une autre façon.

C’est alors que j’ai remarqué la valise, toute proche, délaissée, qui tombait bien puisqu’au retour (il fallait malheureusement commencer à penser au retour) j’aurais une valise à écrire pour Cécile. Et cette valise sous la pluie m’a fait penser que

le voyageur qui voulait faire provision d’eau pour continuer sa route sera déçu quand il sortira à son tour de la librairie. A cause de l’inconscient qui a cru faciliter la tâche des éboueurs et la marche des piétons, à moins qu’il ne s’agisse d’un plaisantin toujours prêt à faire une farce, en redressant sa valise à la verticale et en la rapprochant de la poubelle. Ce qui peut suggérer que l’aventure de la valise finit là, ce vendredi 23 septembre, et provoquer son enlèvement par les services de la voierie ou un réemploi par une voyageuse sans bagage. J’y ai pensé moi qui voyage un peu léger. Le voyageur bibliophile monté sur la pointe des pieds jusqu’au 4e étage de la librairie, petite flaque à sa suite sur chaque marche, avait pourtant pris soin de poser sa valise bien à plat sur le trottoir, couvercle rabattu grand ouvert, pour qu’elle se remplisse. Au lieu de quoi, la valise de qualité médiocre se détrempe, la pluie la traverse et son propriétaire n’en sait rien, tout absorbé qu’il est, lui, dans la contemplation d’un incunable. Mains glissées dans les fins gants blancs qu’on lui a fournis, il n’ose cependant tourner les pages de l’un des deux seuls exemplaires subsistants de l’anonyme “Art admirable de faire communiquer les vases mis à la portée de tous”, imprimé à Lyon, en langue vulgaire, dès 1478.

Nous ne l’avons pas vu paraître le bibliophile, n’avons pas été témoins de son désappointement, n’avons pas eu à lui proposer de mouchoir pour recueillir des larmes que sa valise n’était plus en état de contenir. Pourtant nous sommes restés longtemps, immobiles, devant la porte de la librairie Strand.

Et puis la pluie toujours égale nous avons gagné un autre abri, juste une rue à traverser, d’où nous avions un autre point de vue.

Il a beaucoup plu sur Manhattan cette matinée du 23 septembre 2011 et les livreurs n’avaient pas la tâche facile.

Filed under New York City
nov 6, 2011

Dia Art Foundation : Beacon – New York City 4

Comments Off

Donc, descendre du Metro-North Railroad à Beacon – il filera sans vous vers Poughkeepsie : à quoi peut bien ressembler Poughkeepsie ? – et suivre à pied la signalétique, discrète mais présente Dia:Beacon et cette façon de l’écrire, toujours. Se dire qu’il y aura bien une cheminée d’usine pour guider le regard puisque le musée que l’on cherche avait été autrefois une usine. D’abord, à voir, il y a juste l’Hudson, toujours là, les rails au bord tout au bord du fleuve (sur lesquels on est passé, il y a quoi ? à peine un quart d’heure), et le bâtiment de briques dont on commence à penser que ce peut être là.

Finalement, à l’approche, une cheminée apparaît, mais plus loin, pas accolée à l’ancienne imprimerie de boîtes de biscuits devenue musée d’art contemporain. De la brique, de grandes fenêtres latérales et des sheds qui font tomber la lumière sur les établis ; avant même d’atteindre l’édifice si bien marié au paysage l’évidence que l’on ne regrettera pas d’avoir prélevé une journée sur la semaine new-yorkaise pour venir jusqu’ici.

Le billet d’entrée, on l’a, combiné à celui du train aller et retour depuis Grand Central, le tout pour 31,50$, une affaire. Le musée s’impose d’abord par son jardin, jardin sans limites matérialisées et qui descend jusqu’aux rails, gagne le paysage ferroviaire.

Jardin de savante composition, aux installations sonores et olfactives, à la géométrie douce. Jardin à rêver longtemps qui a lui seul, déjà, justifierait le voyage.

Ici tout est beau, dehors, dedans,

les murs, les fenêtres, les toits

je ne peux pas tout montrer. De l’intérieur je vous donne juste deux toutes petites idées.

Mais sachez que ces vastes espaces sont idéalement habités par les oeuvres de Louise Bourgeois (se surprendre à caresser l’araignée la plus impressionnante de toute la création, s’en faire la proie), Richard Serra (marcher infiniment en ses ellipses), Sol Lewitt, les Becher, Agnes Martin, Donald Judd, Robert Ryman, Blinky Palermo, Imi Knoebel, Robert Smithson, On Kamara, Joseph Beuys, Dan Flavin, et forcément j’en oublie…

Retour silencieux vers la gare après avoir résisté à la tentation du grand livre trop lourd à rapporter (on le commandera) ; soirée en ville.

Filed under New York City
oct 22, 2011

Take the Metro-North Railroad – New York City 3

Comments Off

Tout commence à Grand Central Terminal

train de 9h52 (weekends & holidays) pour Poughkeepsie, ce train partira de la voie 35 (voie 35, et la numérotation continue bien au delà, pas comme à Montparnasse où à 28 la messe est dite)

train à grande largeur

le but c’est de remonter le cours de l’Hudson jusqu’à Beacon, arrivée à 11h10 ; rails posés juste juste au bord de l’eau

poteaux électriques, vieux, au bord, juste juste au bord, encore plus au bord que les rails (si c’est possible)

le fleuve large comme je n’en ai jamais vu (le géographe dit : on n’en a pas vraiment de notre côté des fleuves continentaux, le Danube peut-être)

et la succession des ponts

je les remets dans le bon ordre au départ de NYC (photos faites au retour : c’est pourquoi l’heure à l’horloge de Grand Central Terminal ne correspond pas au texte – tout s’explique)

ponts sur l’Hudson, longs comme le fleuve est large – de l’ordre du jour sans pain

ponts sur l’Hudson, pas deux pareils, mais les eaux, par endroits, boueuses

des ponts, des îles, des presqu’îles, et une académie militaire aussi sur les bords de l’Hudson, loin, de l’autre côté

des ports de plaisance

et enfin Beacon, petit port et sa jetée

à Beacon, si cela vous intéresse, il y a une maison à vendre  (il faudrait se mettre à plusieurs pour l’acheter et la remplir), mais ce n’est pas elle qu’on est venu visiter, c’est le musée d’art contemporain, une merveille, j’en reparlerai.

Filed under New York City
oct 15, 2011

Walking on the High Line – New York City 2

Comments Off

C’était un dimanche matin sous ciel d’un bleu ravageur, après avoir fait provision, à l’angle de la 9e avenue et de la 14e rue, de câbles et écouteurs qui nous lâchent assez régulièrement, de bout en bout marcher sur la High Line, ancienne voie ferrée vouée aux marchandises aménagée en promenade type “coulée verte” parisienne du 12e arrondissement.

Seulement c’est New York, alors les inventeurs-aménageurs-jardiniers ont osé plus et ils ont bien fait. Comme par endroit, le filet d’eau qui coule sur les lattes de bois pour nous inviter à y marcher pieds nus comme on ferait d’un ruisseau. Ou la composition végétale aromatique qui par bouffée nous transporte du coeur de la Grosse Pomme à nos montagnes préférées. Et puis les sculptures perchoirs-nichoirs à oiseaux qui ne se privent pas de s’y percher-nicher. On marche un peu au dessus de la ville, de Gansevoort Street à la 30e rue, les yeux pleins de superbes juxtapositions architecturales.

Terminus de la ligne, on descend et surprise sous les voies une vaste aire de repos de gestion associative, très longues tablées et bancs de bois, long bar 100% pure fonte, et stationnées autour des camionnettes qui vendent de quoi se restaurer.

On y fait une longue pause et l’on rêve à ce que les sauveurs de la High Line (que la ville voulait liquider) ferait de beau avec nos restes de Petite Ceinture. On les leur confierait bien.

C’est le dossier Quoi de neuf à New York d’un Nouvel Obs paru cet été qui nous avait mis la puce à l’oreille. Et merci à Yann Calberac pour m’avoir signalé, via twitter, ce billet de Cafés Géographiques consacré à la High Line, décryptée par Aurélie Delage.

Filed under New York City
oct 1, 2011

Les chiens, le chat, le lion et la centenaire – New York City 1

Comments Off

En une semaine à New York, au bout de laisses liées souvent par deux ou trois  j’ai croisé de nombreux chiens, généralement petits et assez laids. Quand ils affichaient un même pédigrée, menés par la main de leur maître ou de leur maîtresse, tous trottinaient de la même petite foulée ; quand l’attelage était disparate, les bêtes ne présentant plus entre elles qu’un lointain air de famille, la main était mercenaire et la promenade plus tranquille, réglée sur un pas de senior chichement pensionné. Les chiens ne m’intéressent pas trop, je n’en ai pas photographiés (mais j’ai bien remarqué sur une table de nouveautés à l’entrée de la librairie Barnes et Noble d’Union Square une biographie canine et filmique tout à la fois : Rin Tin Tin: The Life and the Legend).

En revanche je n’ai en tout et pour tout rencontré qu’un seul chat aventuré sur les trottoirs de la ville, un peu inquiet comme l’on comprend qu’il le soit, exposé aux embarras de la circulation par temps de session générale de l’Assemblée des Nations Unies

et à une rude concurrence féline, sculpturale, monumentale et architecturale.

La New York Public Library, entre ses deux lions, fêtait ses cent ans, j’ai visité l’exposition consacrée à son anniversaire, fait un tour dans ses salles de lecture qui m’en rappelaient d‘autres et constaté que sa boutique dispensait de bons conseils aux employées aux écritures de tous poils : sûre qu’en s’aidant de ces deux manuels on doit pouvoir écrire l’autre biographie, la non autorisée, de Rintintin.

Filed under New York City
sept 27, 2011

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale