L'employée aux écritures

le blog de Martine Sonnet – ISSN : 2267-8735

RSS Feed

"Le problème de la nuit reste entier. Comment la traverser, chaque fois la traverser tout entière ?" Henri Michaux

Habiter Paris (aperçu 17)

Comments Off
Posted by ms on 6 septembre 2020 at 14:52

La série Habiter Paris (aperçus), fait de sporadiques apparitions sur le blog, si vous souhaitez l’explorer, rien de plus simple, il suffit de reculer d’une case et ainsi de suite.

En octobre 2017, je parfais mon emprise sur la ville : j’en deviens co-propriétaire grâce aux 12,67 m2 selon Carrez que j’achète, autant dire un confetti, dans un arrondissement limitrophe de celui dans lequel je vis locativement. Une poignée de mètres carrés qui ne tombent pas juste sauf pour engloutir toutes mes économies et le fruit de la vente de ma maisonnette de campagne que je ne regrette pas pour deux sous. Je m’achète une pièce pas pour habiter mais pour soigner ma culpabilité de pièce rapportée dans la ville. Sans droit de cité immémorial. Sans eau de la Seine coulant dans mes veines. Avec mon attestation de propriété je soigne le versant résidentiel de mon syndrome de l’imposteur. J’ai pris tout de même quelques précautions si jamais je devais y vivre mes extrêmes vieux jours. J’achète à deux pas d’une station de ligne de métro desservant en dix minutes la Cinémathèque et avec ascenseur pour me hisser jusqu’à mon sixième étage au cas où, sur la fin, la tête cinéphile marcherait mieux que les jambes. Le confetti parisien me coûte les yeux de la tête et toutes mes économies mais je ne suis pas volée : mon sixième a vue sur Le Monde (du moins avant que celui-ci ne transporte ses clics et ses claques sur la dalle couvrant les voies de la gare d’Austerlitz).

Avant de visiter, le bien précieux qui serait mien deux mois plus tard, affaire rondement menée – vice caché sous le lino, débusqué, réparé par le vendeur, compris -, j’avais successivement visité des biens situés

1°) cité du Wauxhall, Paris 10earrondissement

2°) rue des Cordelières, Paris 13earrondissement

3°) rue Brézin, Paris 14earrondissement

4°) rue Buffon, Paris 5earrondissement

5°) rue de l’Aude, Paris 14earrondissement.

Des appartements réduits eux-aussi à portion congrue de studettes mais présentant divers autres inconvénients dont celui déniché était exempt. Soit, respectivement dans l’ordre des adresses citées : 1°) des parties communes au bord de l’effondrement, 2°) un prix encore plus excessif que l’excessif attendu au mètre carré et un propriétaire ne voulant rien entendre, 3°) des visiteurs passés juste avant moi raflant la mise, 4°) une surface si mal fichue qu’il fallait y choisir entre déplier son canapé et ouvrir sa porte – gros regret pour celui-là : du pur XVIIIe siècle, probable dépendance du Jardin du Roy, imaginez dans quel état d’excitation la perspective de sa visite m’avait mise et mon effondrement sur le canapé plié une fois la porte, difficilement ouverte par la négociatrice, refermée, 4°) la promiscuité imposée par une fausse entrée précédent l’entrée véritable résultant du fait qu’un appartement de déjà petite taille avait été partagé en deux encore plus petits par effet de scissiparité immobilière spéculative. Je liste ceci pour donner une idée du marché parisien, à l’été 2017,  des très petites surfaces en précisant que j’éliminais d’emblée de ma prospection les rez-de-chaussée sur cour avec poubelles sous le nez, les mansardes, les plus de troisième étage sans ascenseur, les erzats de WC ou, encore plus gênant, leur absence, tout ce qui était pudiquement à « rafraîchir » (je ne suis pas cool) et, passé ma première déconvenue, tous les arrondissements de la rive droite. Ceci explique mon petit nombre de visites par rapport aux offres en circulation en une période d’incertitude sur ce qu’il adviendrait de la fiscalité des pieds à terre dans la capitale.

Both comments and pings are currently closed.

2 Comments

  • On 6 septembre 2020 at 16:00 Alain Pierrot said

    Les comptes rendus de visites me rappellent la proposition d’agence, jadis, quand nous cherchions un studio à proximité du Centre Censier, dans le 5e, où le (minuscule : la surface totale comprenait ‘entrée, sanitaires, cusine’) séjour était dévolu de fait au débattement des trois portes ouvrant toutes sur la pièce.

  • On 7 septembre 2020 at 16:21 PdB said

    (j’admire la scissiparité) (mazette) (je me disais lisant 80/20 droite gauche : comme elle y va cette Employée…!) (je me suis vu rattrapé par la fin de l’avant dernière phrase de cette livraison d’”Habiter Paris” dont je suis un inconditionnel et fanatique fervent admirateur autant que suiveur) (tairons-nous ici le fait que ce carré d’un mètre de côté se négocie dans l’ordre des sept ou huit (quand ils ne sont pas neuf ou dix) “k” euros ? Ah Paris …!)(encore que le fait des douze selon Carrez en amoindrisse sans doute la douloureuse) (félicitations pour cet achat et pour avoir bravé les ponts, le cours de la Seine, et visité cette cité assez cachée – Wauxhall ne figure pas dans l’Hillairet mais pourtant percée en 1841 – semble être une appellation de salle de concert -vous vous seriez retrouvée à deux pas du Canal, de l’Alhambra, de la demeure du Chasse-Clou -et de la mienne par la même – et de la place de la République (mais éloignée, cependant de la cinémathèque – toujours rive droite cependant pour le moment…) (il semble qu’une rétrospective Don Siegel y soit proposée bientôt – je ne goûte cependant pas tellement ce lieu, mais pour une “Invasion des profanateurs de sépultures”, qui ne ferait le déplacement ?)

Rubriques du blog

Recherche

Archives du blog depuis avril 2008

Sur Twitter

tous textes et photos copyright Martine Sonnet, sauf mention spéciale